retour article original

lundi 29 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (3ème partie) : Du 1er avril 2004 au 15 avril 2004
AFP, 10 avril 2004

La résistance attaque sans répit les troupes d’occupation en Irak


BAGDAD (AFP) - Le conflit irakien ne connaissait guère de répit, samedi 10 avril 2004, les attaques de la guérilla se poursuivant dans la ville rebelle de Falloujah malgré une trêve unilatérale des Américains, alors que la coalition faisait face à une escalade dans la menace des prises d’otages.


Depuis son ranch de Crawford, où il se trouve en vacances, le président américain George W. Bush a cependant réaffirmé que le transfert de souveraineté aux Irakiens aurait lieu le 30 juin 2004.

Il a rejeté tout report de cette date compte tenu de la dégradation de la situation, estimant que c’était exactement ce que recherchaient "nos ennemis". "Ils veulent que l’Amérique et notre coalition abandonnent leurs promesses sous les yeux du monde. Mais les ambitions des ennemis de la liberté vont échouer", a-t-il déclaré dans son allocution radiodiffusée hebdomadaire.

Commentant la recrudescence de la violence depuis une semaine, M. Bush a reconnu que "la semaine écoulée en Irak, les forces de la coalition ont fait face aux provocations et porté le combat vers l’ennemi". Mais "notre offensive continuera dans les semaines à venir", a-t-il assuré.

Au sixième jour de l’offensive américaine contre Falloujah, ville sunnite devenue un symbole de résistance, un Marine américain y a été tué et un autre blessé, samedi 10 avril 2004, après 12h00 (08h00 GMT), début de la "suspension" des combats décrétée unilatéralement par les Américains, selon un communiqué des Marines.

Une délégation irakienne de 35 personnes, incluant des membres de l’exécutif provisoire dont le sunnite Ghazi Ajil al-Yaouar, s’est rendue dans la ville dans la matinée pour tenter de négocier une fin des combats. Ne disposant d’aucune escorte militaire américaine, leur cortège de dix véhicules s’est dirigé vers une mosquée, a indiqué un officier américain.

Les adversaires de la présence des forces de la coalition en Irak ont ouvert ces derniers jours un nouveau front avec une série de prises d’otages, tant dans les régions sunnites que chiites. On ignorait, samedi 10 avril 2004, leur nombre exact, deux Allemand "disparus" s’ajoutant à six enlèvements d’étrangers enregistrés au cours de la semaine : trois Japonais, deux Palestiniens et un Britannique.

Un groupe armé inconnu, qui se fait appeler "Brigades du martyr cheikh Yassine", a menacé dans un message vidéo diffusé, samedi 10 avril 2004, par la télévision satellitaire al-Arabiya, de tuer "trente otages" étrangers.

Un porte-parole du groupe, filmé parmi des hommes armés, tous cagoulés, a affirmé qu’ils détenaient "trente otages, dont des Japonais, des Bulgares, des Américains, des Israéliens, des Espagnols et des Coréens.

Le groupe réclame "le départ des forces américaines et de leurs alliés" d’Irak et "la levée du siège de la ville de Falloujah", en menaçant de tuer les otages et de mutiler leurs corps.

A Amman, le vice-ministre japonais des Affaires étrangères Ichiro Aisawa a déclaré être venu en Jordanie pour rechercher des informations sur les trois Japonais enlevés dont les ravisseurs menacent de les brûler vifs.

Deux fonctionnaires allemands spécialisés dans la sécurité sont portés disparus "depuis quelques jours" en Irak, a annoncé, samedi 10 avril 2004, le ministère allemand des Affaires étrangères.

Ils auraient disparu dans la région de Falloujah, selon la chaîne de télévision publique allemande ZDF. Ils accompagnaient trois diplomates allemands qui se rendaient à Bagdad, a affirmé à l’AFP à Amman un chauffeur jordanien qui faisait partie du convoi. Celui-ci a été attaqué et leur voiture, touchée par un tir, a brûlé, selon lui.

Par ailleurs, une chaîne de télévision canadienne a annoncé, samedi 10 avril 2004, que des diplomates canadiens étaient entrés en contact avec les ravisseurs d’un travailleur humanitaire canadien. Fadi Ihsan Fadel, 33 ans, d’origine syrienne, a été enlevé, jeudi 8 avril 2004, par des milices locales dans le sud de l’Irak à Koufa, entre Kerbala et Najaf, selon l’organisation humanitaire International Rescue Committee (IRC).

Dans cette région chiite, où domine la milice du chef radical Moqtada Sadr, une trêve a été décrétée, samedi 10 avril 2004, à Kerbala, en raison d’une très importante fête religieuse chiite. De nombreux pèlerins devaient se réunir dans la ville sainte pour le 40ème jour de deuil de l’anniversaire de la mort de l’imam Hussein et la trêve doit durer jusqu’à lundi soir 12 avril 2004.

Entretemps, la coalition a fait parvenir des propositions écrites à Moqtada Sadr pour mettre fin aux affrontements avec sa milice, a indiqué à l’AFP l’un des médiateurs, Jawad al-Maliki, du parti chiite Daawa. Mais un porte-parole de la coalition a affirmé ne pas disposer d’informations allant dans ce sens.

Ailleurs en Irak, les affrontements se poursuivaient, samedi 10 avril 2004.

Dans le nord kurde, cinq policiers, deux assaillants et un civil ont été tués dans deux attaques séparées à Mossoul, selon la police locale.

La veille, le directeur du Croissant-Rouge de la ville kurde d’Erbil et son épouse avaient été retrouvés assassinés à Mossoul.

A Kirkouk, autre grande ville du nord kurde, un membre des Forces de la défense civile irakiennes (ICDC) a été tué et un autre blessé dans une attaque, samedi 10 avril 2004, contre un barrage qu’ils tenaient au sud de la ville.

Dans la région de Baaqouba, onze Irakiens, dont un policier, ont été tués et 35 autres blessés au cours d’affrontements entre groupes armés et troupes américaines pendant les dernières 24 heures, selon un bilan donné, samedi 10 avril 2004, par la police irakienne.

La situation était plus calme dans le sud du pays, où le quartier général des troupes britanniques de la coalition à Bassorah a cependant essuyé, dans la nuit de vendredi 9 avril à samedi 10 avril 2004, des tirs de mortier, qui n’ont pas fait de victime.

Dans la même région, le Premier ministre italien Silvio Berlusconi est arrivé, samedi 10 avril 2004, pour une visite surprise à Nassiriyah destinée, selon un porte-parole officiel, à apporter "un message de solidarité" aux soldats italiens qui y sont déployés.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source