retour article original

jeudi 27 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Côte d’Ivoire
Reuters, 29 décembre 2007

Côte d’Ivoire : Le Bénin ordonne le renvoi d’Ibrahim Coulibaly

par Samuel ELIJAH et Gregory SCHWARTZ


Vue de Cotonou, au Bénin

COTONOU (Reuters) - Le Bénin a ordonné l’expulsion d’Ibrahim Coulibaly, ex-chef rebelle de Côte d’Ivoire, l’accusant d’avoir enfreint les conditions de son exil en tentant de saboter le processus de paix ivoirien. Dans un communiqué, le ministre béninois de l’Intérieur, Félix Hessou, accuse des proches d’Ibrahim Coulibaly d’être à l’origine d’une attaque contre une patrouille militaire, jeudi 27 décembre, à Bouaké, et de l’attentat, en juin 2007, contre l’avion qui transportait le Premier ministre ivoirien Guillaume Soro, qui n’avait pas été blessé.

Côte d’Ivoire


Les Forces nouvelles avaient été fondées par Ibrahim Coulibaly, qui s’était plus tard fait ravir sa place par Guillaume Soro. Ce dernier est devenu, fin mars 2007, Premier ministre ivoirien, dans le cadre du processus de paix engagé avec les forces du président, Laurent Gbagbo. Selon Félix Hessou, Ibrahim Coulibaly a violé un accord lui interdisant toute "activité subversive ou politique". Il a accusé l’ancien chef rebelle d’avoir "manifestement déstabilisé le processus de paix en cours en République de Côte d’Ivoire".

Félix Tissou Hessou

Ibrahim Coulibaly vit à Cotonou, principale ville du Bénin. Rien ne permettait d’affirmer, samedi 29 décembre 2007, qu’il avait quitté le pays. Un porte-parole du gouvernement ivoirien a déclaré n’avoir aucune information sur le retour d’Ibrahim Coulibaly en dehors des articles publiés dans la presse. Il a ajouté que si l’ancien chef rebelle avait effectivement tenté de déstabiliser le pays, des poursuites judiciaires seraient engagées contre lui.

Samuel ELIJAH et Gregory SCHWARTZ

Ibrahim Coulibaly

AUTEURS 

  • Samuel ELIJAH et Gregory SCHWARTZ

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source