retour article original

mardi 21 février 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Algérie
AFP, 2 janvier 2008

Algérie : Quatre policiers tués dans un attentat suicide en Kabylie


Le lieu d’un attentat, à Naciria, le 2 janvier 2008

NACIRIA (Algérie) (AFP) - Quatre policiers ont été tués, mercredi 2 janvier 2008 au matin, dans un attentat suicide à la voiture piégée visant le commissariat de Naciria, dans la région de Boumerdès, à 50 km à l’est d’Alger, a annoncé la radio publique. Un précédent bilan "provisoire" du ministère algérien de l’Intérieur faisait état de trois morts et sept blessés.

Algérie


L’attentat a été perpétré, à 07h00, "à proximité" du commissariat de Naciria, a indiqué le ministère, sans préciser si l’attentat visait ce commissariat et si les victimes étaient des policiers. L’attaque était un attentat suicide, ont rapidement affirmé des témoins qui ont fait état pour leur part d’une vingtaine de blessés. "Un kamikaze a foncé sur le commissariat au volant d’une voiture piégée, causant des dégâts importants à l’édifice", a indiqué à l’AFP l’un de ces témoins, précisant que la plupart des victimes étaient des policiers. "Quatre policiers ont été tués et douze personnes, dont neuf policiers, ont été blessées dans un attentat suicide à la voiture piégée contre le commissariat de Naciria", a indiqué la radio publique. Des débris de la voiture piégée -une petite cylindrée- jonchaient le sol aux alentours du commissariat, qui a été gravement endommagé, et d’un immeuble abritant des commerces. Le kamikaze a dû forcer des barrières de police pour accéder au commissariat, selon ces témoins. L’attaque n’avait pas été revendiquée en fin de matinée. Un cordon de sécurité a été établi par l’armée dans les alentours, interdisant aux curieux de s’approcher du lieu de l’attentat.

Le lieu d’un attentat, à Naciria, le 2 janvier 2008

L’attentat de Naciria survient deux semaines après deux attentats suicide à la voiture piégée à Alger qui ont touché, le 11 décembre 2007, le Conseil constitutionnel et deux sièges d’agences de l’ONU. Ces attentats ont fait quarante-et-un morts, dont dix-sept employés de l’ONU, et des dizaines de blessés. Ils ont été revendiqués par Al-Qaïda au Maghreb.

Le lieu d’un attentat, à Naciria, le 2 janvier 2008

La Kabylie demeure un foyer actif des groupes armés de la Branche d’Al-Qaïda au Maghreb (BAQMI, ex-GSPC algérien) qui trouvent refuge dans ses montagnes et ses maquis enchevêtrés. Le chef d’Al-Qaïda au Maghreb, Abdelmalek Droukdel, alias Abou Mossab Abdelouadoud, y aurait son quartier général, selon les experts algériens de l’antiterrorisme. Il a nommé, en décembre 2007, un nouveau chef d’Al-Qaïda au Maghreb pour la région du centre (Alger et ses environs) pour succéder à Zoheir Harkat, dit Sofiane Fassila, abattu en octobre dans cette zone. Le nouveau chef, Rachid Abdelmoumène, alias Houdheïfa Abou Younès El-Acimi (l’Algérois), âgé de 39 ans, est natif de Baraki (banlieue est d’Alger). Il est un ancien militant du Groupe islamique armé (GIA), démantelé, en 2004, par les forces de sécurité et qui avait donné naissance au GSPC.

Agence France Presse

Le lieu d’un attentat, à Naciria, le 2 janvier 2008

Le lieu d’un attentat, à Naciria, le 2 janvier 2008

Le lieu d’un attentat, à Naciria, le 2 janvier 2008

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source