retour article original

samedi 25 février 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Kenya
AFP, 11 janvier 2008

Kenya : Echec des négociations

par François AUSSEILL


Un homme s’efforce de construire une maison parmi des décombres calcinés, à Kibera

NAIROBI (AFP) - L’opposition kényane a appelé, vendredi 11 janvier 2008, à la reprise "immédiate" de manifestations nationales, au lendemain de l’échec d’une semaine d’intenses négociations diplomatiques pour trouver un compromis politique entre le président, Mwai Kibaki, et son rival, Raila Odinga.

Kenya


Depuis l’annonce de la réélection de M. Kibaki le 30 décembre 2007, les manifestations à l’appel de l’opposition ont été soit empêchées par les forces de l’ordre, soit annulées en signe d’apaisement dans le cadre des efforts de la communauté internationale pour résoudre la crise politique. M. Odinga accuse M. Kibaki, officiellement réélu pour un second mandat, d’avoir fraudé les élections pour lui voler la victoire. Les violences, qui ont suivi l’annonce de la victoire de M. Kibaki, ont fait au moins 600 morts et 255000 déplacés depuis le scrutin du 27 décembre 2007. Les affrontements entre partisans des deux leaders ont largement diminué d’intensité depuis une semaine, mais la tension restait vive, notamment dans l’ouest du pays, bastion électoral de M. Odinga. Ainsi, non loin de Kisii, à la frontière entre les provinces de la vallée du Rift et de Nyanza, six maisons ont été incendiées et une personne blessée, jeudi 10 janvier 2008 au soir, selon une source policière.

Un container calciné, à Kibera

Le président de l’Union africaine, John Kufuor a échoué, jeudi 10 janvier, dans sa médiation entre MM. Kibaki et Odinga, laissant à l’ex-secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, la lourde tâche de sortir le Kenya d’une crise menaçant la stabilité du pays. Après une mission de deux jours, John Kufuor, a toutefois obtenu de MM. Kibaki et Odinga leur engagement en faveur du dialogue et d’une "cessation de la violence". De son côté, la secrétaire d’Etat adjointe américaine au Affaires africaines, Jendayi Frazer devait tenter de rencontrer une nouvelle fois le président Kibaki, vendredi 11 janvier 2008, avant repartir, dans la journée, pour Washington.

Des gens attendent une distribution de nourriture et de vêtements par la Croix-Rouge, à Kibera

"Nous avons pris acte du fait que le gouvernement n’était intéressé par aucune résolution négociée de la crise dans notre pays", a déclaré à l’AFP le porte-parole du Mouvement démocratique orange (ODM) de Raila Odinga, Salim Lone. "Par conséquent, nous reprenons avec effet immédiat nos manifestations de masse et les rassemblements qui avaient été suspendus", a-t-il ajouté. "Nous attendons cette nouvelle médiation de l’ancien secrétaire général des Nations Unies, avec l’espoir qu’un accord de partage du pouvoir sera trouvé", a précisé M. Lone.

Les cadavres de victimes des émeutes à la morgue de Kisumu

"Toute demande d’autorisation de rassemblement politique sera examinée au cas par cas. La police n’autorisera pas de manifestation susceptible d’être détournée par des criminels", a averti, vendredi 11 janvier 2008, le porte-parole de la police nationale, Eric Kiraithe, interrogé par l’AFP. "La tension est très élevée. Les gens fuient. Mais nous avons déployé assez de policiers dans la zone pour faire redescendre cette tension", a déclaré à l’AFP le chef de la police provinciale de Nyanza, Grace Kaindi, ajoutant que des suspects avaient été arrêtés.

Une femme pleure à la morgue de Kisumu

Le retentissement de ces violences post-électorales commence à se faire sentir durement sur la principale économie d’Afrique de l’Est. La banque Standard Chartered a ainsi révisé à la baisse de 6,5 % à 5% sa prévision de croissance en 2008 pour l’économie kényane, dont la réputation d’îlot de stabilité en Afrique de l’Est a été "ébranlée" par les violences post-électorales, indique-t-elle vendredi 11 janvier. De son côté, la Fédération du tourisme kényane évaluait, vendredi 11 janvier, à 42 millions d’euros les pertes du secteur hôtelier pour le seul mois de janvier 2008, un des pics de la saison touristique du pays.

François AUSSEILL

Les funérailles d’un homme abattu par la police, à Kisumu

Vue de Kisumu

Vue de Kisumu

Des clients font la queue devant un supermarché de Kisumu

Les décombres carbonisés d’un supermarché à Kisumu

Les décombres d’un commerce à Kisumu

Les décombres d’un commerce de véhicules à Kisumu

AUTEURS 

  • François AUSSEILL

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source