retour article original

jeudi 25 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (3ème partie) : Du 1er avril 2004 au 15 avril 2004

Irak : Moqtada al Sadr appelle les Irakiens au soulèvement


FALLOUJAH (AFP) - Une trêve fragile est entrée en vigueur, dimanche 11 avril 2004, dans la ville rebelle sunnite de Falloujah, d’où les Marines américains devaient commencer à se retirer, tandis que le chef chiite Moqtada Sadr appelait les Irakiens à s’unir pour chasser les forces d’occupation.


La trêve à Falloujah tenait vers 15h00 GMT, mais un hélicoptère d’attaque américain Apache a été abattu non loin de ce bastion de la rébellion sunnite et ses deux occupants ont été tués.

Par ailleurs, la coalition dirigée par les Etats-Unis est confrontée à une escalade dans la campagne de prises d’otages, avec la capture d’un civil américain que ses ravisseurs menacent de tuer.

Six autres étrangers -trois Japonais, un Britannique et deux Palestiniens- étaient retenus en otages, dimanche 11 avril 2004.

Après sept jours de combats acharnés qui ont fait plus de 400 morts et au moins 1000 blessés parmi les Irakiens, la coalition a accepté une trêve avec les rebelles de Falloujah, à 50 kilomètres à l’ouest de Bagdad. Entré en vigueur à 10h00 (06h00 GMT), le cessez-le-feu tenait neuf heures plus tard.

Un calme relatif mêlé d’une vive tension régnait alors à Falloujah, selon un journaliste et un photographe de l’AFP qui sont entrés dans la ville.

Les grands axes de la cité était déserts, mais des hommes armés ont été vus en train de se déplacer dans les ruelles latérales. Les balles de tireurs embusqués des Marines et de la guérilla claquaient par intermittence.

"La trêve tient pour le moment et nous espérons voir des discussions productives", a déclaré l’administrateur américain en Irak, Paul Bremer, sur la chaîne de télévision Fox News. "Nous devons travailler à sortir de cette crise", a-t-il ajouté.

Peu après le début de la trêve, deux Marines ont été blessés à Falloujah par des tireurs embusqués et un Irakien a été tué, mais cela n’a pas entraîné de reprise générale des hostilités.

Selon un médiateur irakien, Hatem al-Husseini, du Parti islamique irakien, l’accord prévoit un cessez-le-feu, puis "un retrait graduel des Marines de Falloujah et le déploiement dans la ville de policiers irakiens et de membres des Forces de défense civile irakiennes (ICDC)".

La télévision Al-Jazira du Qatar a diffusé, dimanche 11 avril 2004, une vidéo montrant les corps de deux hommes en civil, présentés comme deux Américains, tués par la guérilla de Falloujah à une date indéterminée.

Les deux civils étaient des "officiers des services de renseignement américains opérant en Irak", selon la chaîne satellitaire.

La coalition connaissait aussi, dimanche 11 avril 2004, un répit sur le deuxième front sur lequel elle est engagée, celui de la rébellion chiite : l’Armée du Mehdi, la milice du leader radical Moqtada Sadr, a décidé de suspendre ses attaques pendant trois jours, de samedi 10 avril à lundi 12 avril 2004, en raison de la grande cérémonie religieuse de l’Arbaïn, célébrée à Kerbala, ville sainte des chiites.

Mais cela n’a pas empêché Moqtada Sadr de lancer à toutes les communautés d’Irak un appel au soulèvement contre les forces de la coalition.

"L’Armée (du Mehdi) soutient le peuple opprimé qui lutte pour ses droits et ses institutions sacrées et va vous libérer de l’occupation", a déclaré le jeune leader chiite dans un message affiché à Kerbala. "Unissez-vous, mes frères, et que l’on commence la (lutte de) libération".

Des centaines de milliers de chiites ont commémoré, dimanche 11 avril 2004, à Kerbala, la mort en 680 de l’imam Hussein et ont scandé des slogans de soutien à Moqtada Sadr.

Quatre Irakiens ont été tués à Kirkouk, dans le nord, et un autre à Najaf, dans le centre, lors d’affrontements avec les forces d’occupation.

La coalition semble être confrontée pour la première fois à la prise en otage d’un citoyen américain. La télévision Al-Jazira du Qatar a diffusé, samedi 10 avril 2004 au soir, une vidéo montrant un homme en civil présenté comme un Américain détenu en Irak.

Ses ravisseurs exigent que les forces américaines lèvent le siège de Falloujah, "sinon il sera traité d’une façon pire que ceux qui ont été tués et brûlés à Falloujah", déclare une voix diffusée en même temps que la vidéo sur Al-Jazira.

Il s’agit d’une référence à quatre Américains, employés civils de sécurité, qui avaient été tués la semaine dernière à Falloujah. Les corps de deux d’entre eux avaient été mutilés.

La vidéo montre un homme de type occidental d’une quarantaine d’années filmé devant un grand drapeau irakien et présenté comme étant Thomas Hamill, citoyen américain.

Il semble s’agir d’un homme filmé, samedi 10 avril 2004, par une télévision australienne, alors qu’il était détenu par des rebelles après une attaque contre un convoi de carburant près de Falloujah.

L’incertitude régnait aussi, dimanche 11 avril 2004, sur le sort de trois civils japonais retenus en otages. Un groupe irakien a menacé de tuer l’un d’eux dans les vingt quatre heures si le gouvernement japonais ne retirait pas ses troupes d’Irak, a déclaré, dimanche 11 avril 2004, Mezhar Al-Doulaimi, se présentant comme médiateur et citant sur Al-Jazira "un communiqué de la résistance".

Si Tokyo ne cède pas, "la condamnation à mort sera appliquée douze heures plus tard pour les autres" otages, a déclaré M. Doulaïmi, président de la Ligue de défense des droits des Irakiens.

Un peu plus tôt, Al-Jazira avait cité un communiqué des ravisseurs selon lequel les trois Japonais devraient être libérés dimanche 11 avril 2004.

A Berlin, le ministère allemand des Affaires étrangères a annoncé que deux fonctionnaires de police allemands disparus en Irak étaient "très probablement" morts. Le Sunday Telegraph, dont un journaliste s’est rendu sur le site où se trouvaient les corps, a indiqué que les deux Allemands avaient été tués près de Falloujah.

Au Koweit, le Premier ministre Sabah Al-Ahmad Al-Sabah a averti que dans la situation actuelle, le maintien de la date du 30 juin 2004, pour le transfert de la souveraineté aux Irakiens, pourrait conduire à une partition de l’Irak, dans une déclaration aux journaux koweïtiens.

Le président américain George W. Bush a rejeté, samedi 10 avril 2004, tout report du transfert.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source