retour article original

mercredi 26 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Afrique du Sud
Le Monde, 12 janvier 2008

Corruption : Le président d’Interpol est inculpé en Afrique du Sud


Jackie Selebi

Le procureur général d’Afrique du Sud a décidé d’inculper le chef de la police nationale et président d’Interpol, Jackie Selebi, pour corruption et entrave à la justice, a indiqué, vendredi 11 janvier 2008, son porte-parole, Tlali Tlali. M. Selebi a aussitôt saisi la justice en urgence pour lui demander d’interdire aux services du procureur général de l’inculper et d’émettre un mandat d’arrêt à son encontre. Cette demande a été rejetée.

Afrique du Sud


Ancien représentant de l’Afrique du Sud à l’ONU, Jackie Selebi a été élu à la tête d’Interpol, en octobre 2004, pour un mandat de quatre ans, et en est le premier président africain. Interpol est une organisation créée en 1923 qui regroupe les polices de 186 pays membres et a pour but de promouvoir la coopération policière. Dans des documents remis au tribunal, M. Selebi est accusé d’avoir reçu de l’argent du magnat minier Brett Kebble et du meurtrier présumé de ce dernier, Glenn Agliotti. "A tort, il a directement ou indirectement accepté et proposé d’accepter des gratifications d’Agliotti et de Kebble", écrivent les services du procureur général. M. Selebi, qui est le chef de la police sud-africaine depuis 2000, rejette ces accusations. Il a cependant reconnu être ami avec Agliotti, qui vient d’être condamné pour trafic de drogue et attend son procès pour le meurtre, en 2005, de Brett Kebble. En septembre 2007, le procureur général avait déjà émis un mandat d’arrêt à l’encontre du chef de la police, qui avait ensuite été annulé.

Avec AFP

Glenn Agliotti

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source