retour article original

samedi 27 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (3ème partie) : Du 1er avril 2004 au 15 avril 2004
AFP, 11 avril 2004

Irak : Un bataillon irakien a refusé de se battre à Falloujah

Suivi d’un commentaire


Un bataillon de la nouvelle armée irakienne a refusé, le 5 avril 2004, de se rendre à Falloujah en renfort des soldats américains engagés dans des combats contre les insurgés sunnites pour le contrôle de cette ville, a confirmé, dimanche 11 avril 2004, le commandant des forces terrestres de la coalition en Irak, le général Ricardo Sanchez.


Le quotidien Washington Post avait fait état, dimanche 11 avril 2004, de cet incident, en citant le général américain Paul Eaton, en poste en Irak.

Le général Sanchez a précisé sur la chaîne de télévsion NBC que l’incident révélait "les défis" auxquels faisaient face les forces de sécurité irakiennes, alors que les Etats-Unis sont confrontés à une recrudescence des attaques d’insurgés irakiens depuis une semaine.

Selon le Washington Post, le deuxième bataillon des forces armées irakiennes, qui compte 620 hommes, a refusé de combattre après que plusieurs de ses soldats eurent essuyé des tirs dans un quartier chiite de Bagdad, alors qu’ils se dirigeaient vers Falloujah, à 50 kilomètres à l’ouest de la capitale.

Le convoi a fait demi-tour et a regagné la base du bataillon à Taji, au nord de Bagdad.

Selon le général Eaton, cité par le quotidien, les soldats du bataillon ont affirmé qu’ils ne s’étaient pas engagés "pour combattre des Irakiens".

L’officier, chargé de superviser la mise en place des forces de sécurité irakiennes, a qualifié l’incident de "défaut de commandement", mais s’est refusé à parler de mutinerie, a ajouté le Washington Post.

L’offensive américaine à Falloujah a fait plus de 400 morts et 1000 blessés côté irakien depuis lundi 5 avril 2004, selon un responsable irakien.

Les troupes américaines devaient se retirer, dimanche 11 avril 2004, de la ville, où un cessez-le-feu de douze heures entre forces de la coalition et rebelles sunnites est entré en vigueur à 06H00 GMT.

Agence France Presse

Commentaire

Le fait que les soldats irakiens aient refusé de combattre leurs compatriotes est tout à leur honneur. L’officier qui donne un ordre de ce genre devrait être abattu sur place par la troupe.

Il reste à espérer que les "défauts de commandement" se multiplieront ces prochains jours et que les soldats irakiens retourneront leurs armes contre l’occupant.

Du point de vue de la résistance, il conviendrait de fixer un ultimatum de quelques jours, afin que tous les étrangers, civils ou militaires, quittent l’Irak. Une fois le délai passé, les étrangers demeurés en Irak seraient considérés comme des collaborateurs des troupes d’occupation et abattus exactement comme les soldats étrangers.

Un tel ultimatum devrait entraîner un exode massif des étrangers. Cela ne manquera pas d’accroître considérablement les difficultés de l’occupant.

Frank BRUNNER

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source