retour article original

samedi 24 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales
Le Monde, 22 janvier 2008

Informations internationales : Les bonus indécents des banquiers

par Hugo DIXON


Vue de Londres

C’est une chose, pour les banquiers, de se verser à eux-mêmes des bonus massifs quand ils réalisent de fantastiques profits pour leurs actionnaires. Continuer à le faire à l’issue d’une année où le système financier a connu une véritable crise cardiaque, et où Wall Street a dû être sauvée en urgence par une baisse des taux de la banque centrale, en est une autre, qui a quelque chose d’obscène. Le fait que les cinq plus grands établissements de Wall Street aient payé leurs employés 66 milliards de dollars en 2007 -9 % de plus qu’en 2006- est particulièrement dérangeant.

Vue de Londres


La légitimité des gains dans le système capitaliste vient de l’idée que ceux qui travaillent dur et prennent des risques bien calculés gagnent beaucoup d’argent, et que ceux qui sont fainéants et prennent des risques absurdes en payent le prix. Ce système de la carotte et du bâton est supposé créer une économie efficace. Mais ce dont nous sommes témoins, aujourd’hui, à New York et à Londres, est un système de la carotte et de la carotte. Les banquiers gagnent beaucoup d’argent quand ils font bien et beaucoup d’argent quand ils font mal.

Vue de New York

Ce système de rémunération des financiers a deux conséquences très graves. Premièrement, il attire de plus en plus de gens talentueux dans la finance. Comment des professions nobles et indispensables comme l’enseignement, la médecine ou, simplement, le management dans les entreprises classiques peuvent-elles lutter ? Accaparer le potentiel de talent par une seule activité n’est pas la base d’une société et d’une économie prospères. Deuxième conséquence dangereuse de cette situation : le système de carotte et de carotte encourage Wall Street à prendre des risques toujours plus importants. Après tout, plus le pari est important, plus la carotte obtenue est importante, si les choses se passent bien. Et si cela se passe mal, vraiment mal, les banques centrales se porteront au secours des établissements et du système.

Vue de New York

Le marxisme est une philosophie qui a fait faillite. Mais sa critique du capitalisme -les profits sont privatisés et les risques socialisés- a toujours contenu une part de vérité. Les derniers bonus extravagants à Wall Street en sont la démonstration. Si cela provoque des réactions brutales du reste de la société, les financiers ne pourront s’en prendre qu’à eux-mêmes.

Hugo DIXON

Vue du New York Stock Exchange

AUTEURS 

  • Hugo DIXON

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source