retour article original

mercredi 22 février 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Suisse
31 janvier 2008

Corruption : Le salaire des irresponsables

par Frank BRUNNER


Vue du siège des Services industriels genevois

La Tribune de Genève du 30 janvier 2008 a publié un article de Marc Bretton consacré aux rémunération des dirigeants des entreprises genevoises publiques ou subventionnées par l’Etat. Pour apprécier ces chiffres à leur juste valeur, il faut avoir à l’esprit le fait que le gouvernement genevois, affectant hypocritement d’être préoccupé par la situation des finances publiques, a refusé des augmentations salariales aux fonctionnaires, supprimé la gratuité de l’assistance juridique aux plus démunis et même diminué le montant de l’aide sociale que reçoivent les plus démunis. Les retraités ont perdu des avantages dérisoires. L’état des finances publiques était également invoqué pour « justifier » le manque d’infirmières dans les hôpitaux. Dans le même temps, on jetait l’argent par les fenêtres aux profit de quelques dirigeants d’entreprises et des petits copains politicards nommés au conseil d’administration de ces entreprises.

Suisse


L’article de Marc Bretton se base sur un rapport de la Cour des comptes genevoise. Selon ce rapport, le président du conseil d’administration des Hôpitaux universitaires genevois, un politicard local, « nommé courant 2006, il aurait dû percevoir l’équivalent de 75000 francs suisses pour 30 % d’activité s’il était entré en fonction dès janvier ». Le président du conseil d’administration des Services industriels genevois -fourniture du gaz et de l’électricité-, un autre politicard local, « aurait gagné au total plus de 374011 francs suisses en 2006, alors que lui-même annonçait 368000 francs suisses à la presse. Le président de l’Hospice Général -le service social genevois- reçoit 120000 francs suisses pour un taux de travail estimé entre 20 % et 30 %, ce qui correspond à « un salaire annuel de 400000 à 600000 francs suisses ». L’intéressé se prétend incapable d’indiquer quel est son taux d’activité réel. Le directeur de l’Aéroport international de Genève est payé 321000 francs suisses. Le directeur des Hôpitaux universitaires genevois est payé 340000 francs suisses. Le directeur de l’Hospice Général reçoit 226000 francs suisses. La directrice des Transports publics genevois a reçu 361000 francs suisses. « Pourquoi ces différences ? C’est que la Cour des comptes a ajouté au salaire de base les indemnités diverses et certains avantages en nature, comme un abonnement annuel aux TPG ou de grassouillettes indemnités de fonction. »

Vue de l’hôpital cantonal de Genève

Les membres des conseils d’administration -un politicard de chaque parti désigné en fonction de critères de copinage- 8190 francs suisses par an aux Hôpitaux universitaires genevois. Les membres du conseil d’administration des Services industriels genevois gagnent bien davantage, car ils siègent également au conseils d’administration d’autres sociétés liées aux Services industriels genevois. « Les rémunérations totales du conseil d’administration des Services industriels genevois, président compris, se sont montées à plus d’un million de francs suisses en 2006. La cour note que, pour 2004-2006, les administrateurs concernés se sont partagé 1,1 million de francs suisses de jetons de présence, dont 531000 francs suisses pour le président et 366000 francs suisses pour le vice-président. Enfin, la retraite des conseillers d’Etat -ministres cantonaux- représente un supplément salarial de 160000 francs suisses par an.

C’est cette arrogante mafia d’opportunistes politicards que les médias locaux nous présentent régulièrement comme des altruistes dévoués au bien public.

Frank BRUNNER}}

Les ripoux du Conseil d’Etat genevois en compagnie du chancelier Robert Hensler (au second rang à l’extrême droite)

AUTEURS 

  • Frank BRUNNER

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source