retour article original

samedi 27 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Cameroun
Reuters, 5 mars 2008

Cameroun : Des ONG évoquent plus de cent morts lors des émeutes

par Tansa MUSA et Eric FAYE


Des émeutiers fuient la police, à Douala, le 25 février 2008

YAOUNDE (Reuters) - Des défenseurs des droits de l’homme camerounais ont accusé, mercredi 5 mars 2008, le gouvernement de Yaoundé d’avoir caché le véritable bilan des émeutes de la semaine dernière, qui serait, selon une organisation, d’au moins cent morts.

Cameroun


Le ministre de la Communication, Jean-Pierre Biyiti bi Essam, a assuré, mardi 4 mars, sur les ondes de Radio France Internationale, que dix-sept personnes avaient trouvé la mort dans ces événements et a accusé les ONG des droits de l’homme d’exagérer le bilan. Mais Madeleine Affite, coordinatrice pour la province du Littoral de l’ONG Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT), a affirmé, mercredi 5 mars 2008, que le bilan véritable était supérieur. La province du Littoral comprend la capitale économique, Douala, et plusieurs autres villes qui ont connu ces émeutes, déclenchées à la suite d’une grève des chauffeurs de taxi pour protester contre les prix des carburants. "Les informations que nous avons reçues de nos collaborateurs sur le terrain, dans plusieurs villes touchées par les violents incidents de la semaine dernière, ainsi que les plaintes des familles, laissent penser qu’au moins cent personnes ont péri dans les affrontements avec les forces de sécurité, que plus de dix autres sont portées disparues et que plusieurs centaines d’autres ont été blessées", a-t-elle déclaré.

Tansa MUSA et Eric FAYE

Des émeutiers, à Douala, le 27 février 2008

AUTEURS 

  • Tansa MUSA et Eric FAYE

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source