retour article original

samedi 3 décembre 2016
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Asie Georgia
AFP, 7 mars 2008

Georgia : Levée des restrictions russes en Abkhazie


TBILISSI (AFP) - Les autorités géorgiennes ont accusé, vendredi 7 mars 2008, la Russie de se livrer à une "provocation extrêmement dangereuse", en levant toutes ses restrictions commerciales à l’encontre du territoire séparatiste d’Abkhazie, en Géorgie.


Dès la proclamation d’indépendance du Kosovo, l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud, autre région séparatiste pro-russe de Géorgie, ont demandé à Moscou et au reste de la communauté internationale de les reconnaître. Ces deux régions, limitrophes de la Russie, ont proclamé unilatéralement leur indépendance au lendemain de la chute de l’Union soviétique, en 1992, et l’ont défendue lors de conflits armés avec les forces géorgiennes. De facto indépendantes, elles sont soutenues par Moscou qui a attribué des passeports russes à nombre de leurs habitants. La Russie a annoncé, jeudi 6 mars 2008, la levée de toutes les restrictions dans ses relations "commerciales", "économiques" et "financières" avec l’Abkhazie, sans aller toutefois jusqu’à reconnaître ce territoire, en réponse à la reconnaissance de l’indépendance du Kosovo par l’Occident. Cette annonce a avant tout une portée politique, l’économie abkhaze -culture d’agrumes, tourisme- étant déjà largement tournée vers la Russie et les détenteurs de passeports russes, nombreux en Abkhazie, pouvant très facilement se rendre en Russie. Moscou a assuré que sa décision n’avait "rien à voir" avec la déclaration d’indépendance du Kosovo, mais était dictée par la nouvelle situation dans la région, notant que nombre de réfugiés de nationalité géorgienne étaient revenus en Abkhazie.

"C’est une provocation extrêmement dangereuse qui encourage le séparatisme et vise à approfondir les tensions dans la zone de conflit", a souligné le ministère géorgien des Affaires étrangères dans un communiqué. Tbilissi accuse également Moscou de "tentative de violer la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Géorgie". La Russie "ignore depuis longtemps (...), en pratique, les restrictions économiques et humanitaires" décidées par la CEI (ex-URSS, moins Etats baltes), en 1996, accuse la diplomatie géorgienne. La Géorgie craint que cette nouvelle situation n’encourage "la vente et la livraison d’armes, équipements militaires et munitions" à l’Abkhazie. "La Russie crée (ainsi) les bases pour la fourniture d’une assistance militaire au gouvernement séparatiste et pour un renforcement de sa présence militaire en Abkhazie", affirme le ministère géorgien. Le ministère ajoute que des "centaines de milliers" de personnes "ne sont toujours pas autorisées à retourner chez elles et ont été dépossédées de leurs biens, au profit de citoyens de la Fédération de Russie".

Agence France Presse

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source