retour article original

lundi 24 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (3ème partie) : Du 1er avril 2004 au 15 avril 2004
AFP, 15 avril 2004

Irak : Silvio Berlusconi prêt à sacrifier tous les otages


Le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi a affirmé, jeudi 15 avril 2004, que l’exécution d’un des quatre otages italiens en Irak n’entamait pas "les valeurs et l’engagement pour la paix" de l’Italie.


"Ils ont brisé une vie, ils n’ont pas entamé nos valeurs et notre engagement pour la paix", a déclaré Silvio Berlusconi, après la confirmation par son ministre des Affaires étrangères, Franco Frattini, de la mort de Fabrizio Qattrocchi, tué par ses ravisseurs.

M. Quattrocchi, ex-boulanger âgé de 35 ans, installé à Gènes et qui travaillait ponctuellement dans la sécurité, avait été enlevé, lundi 12 avril 2004, en Irak, avec trois autres compatriotes.

"La nouvelle nous est malheureusement parvenue et nous avons eu la confirmation par notre ambassadeur à Doha" au Qatar, a déclaré le ministre des Affaires étrangères Franco Frattini, en direct dans une émission politique de la télévision publique Rai, entièrement consacrée au développement de la crise.

L’information avait été donnée par la chaîne d’information en continue arabe Al-Jazira qui a permis à l’ambassade italienne au Qatar de visionner les images de l’exécution, a-t-il confirmé.

Plusieurs chaînes de télévision italiennes ont interrompu leur programmes et diffusé des flashes spéciaux, sollicitant des réactions des proches ou des familles.

Al-Jazira avait précisé que les ravisseurs menaçaient de tuer les trois autres Italiens si leurs exigences, parmi lesquelles figure le retrait des troupes italiennes d’Irak, n’étaient pas prises en compte.

Interrogé sur ce qui allait se passer pour les autres otages, M. Frattini a déclaré qu’il ne "savait pas". "Notre devoir est de faire tout notre possible pour les sortir de là", a-t-il dit. "Nous allons multiplier les efforts, mais nous ne savons pas encore qui sont ces personnes", a-t-il ajouté, faisant allusion aux ravisseurs.

La présidence du Conseil a annoncé dans un communiqué qu’elle dépêchait dans la région un émissaire, l’ambassadeur Gianni Castellaneta, pour essayer d’obtenir la libération des trois autres otages.

L’Italie a quelque 3000 militaires déployés en Irak.

M. Berlusconi avait déclaré, mardi 13 avril 2004, qu’il ferait son possible pour obtenir la libération de ses compatriotes, mais qu’il n’était pas question de remettre en cause "la mission de paix" des soldats italiens en Irak.

Francesco Rutelli, chef la Margherita, un des partis de l’opposition, a souligné que dans une affaire comme celle-la, "il ne pouvait y avoir de polémique entre la majorité et l’opposition". "On ne peut accepter le chantage et les délires de cette bande", a-t-il dit, parlant des ravisseurs.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source