retour article original

samedi 25 février 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Comores
AFP, 5 avril 2008

Comores : Mohamed Bacar a été écroué à la Réunion après une demande d’extradition


Vue de Saint-Denis, à la Réunion

Le président déchu d’Anjouan, Mohamed Bacar, a été écroué, vendredi 4 avril 2008, sur l’île française de la Réunion, suite à "une demande d’arrestation aux fins d’extradition" formulée par la justice comorienne, a annoncé le parquet de Saint-Denis-de-la-Réunion.

Comores


M. Bacar, président d’Anjouan depuis mars 2002, mais dont la réélection, en juin 2007, a été jugée illégale par l’Union des Comores et l’Union africaine, a été renversé, lors d’une opération militaire, la semaine dernière, et s’est réfugié sur l’île française de Mayotte, le 26 mars 2008, avant d’être transféré à La Réunion.

Mohamed Bacar

En l’absence d’accord d’extradition entre la France et les Comores, la demande d’arrestation a emprunté la voie diplomatique. "Cette incarcération fait suite à une demande d’arrestation aux fins d’extradition, formulée par le ministre de la Justice des Comores, auprès du gouvernement français", a déclaré à la presse le procureur adjoint, Jean-Robert Dobanton. Les autorités comoriennes ont désormais un mois pour faire parvenir le texte de la demande, suite à quoi la chambre d’accusation de la Cour d’appel de Saint-Denis statuera, selon le parquet. En cas d’avis positif, la demande sera alors transmise au Premier ministre. Cette mesure d’écrou extraditionnel concerne également vingt-et-une personnes qui accompagnent Mohamed Bacar, depuis son départ de l’île d’Anjouan, le 27 mars 2008, selon M. Dobanton, précisant que ces personnes ont été réparties entre deux maisons d’arrêt de la Réunion. La demande d’arrestation adressée par les autorités comoriennes fait état de crimes et de délits tels que viols, meurtres, actes de violences et vols reprochés aux vingt-deux hommes.

Agence France Presse

Vue de Saint-Denis, à la Réunion

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source