retour article original

mercredi 22 février 2017
Vous êtes ici Accueil BD
AFP, 22 avril 2008

BD : Le journal de Spirou fête ses 70 ans


Spirou

Le journal de Spirou célèbre, cette semaine, son 70e anniversaire, une longévité exceptionnelle pour un hebdomadaire de bande dessinée, avec la ferme intention de porter longtemps encore les couleurs de l’école franco-belge du 9e art.

Une planche de "Spirou et les héritiers" dessinée par André Frankin


Lancé, à Charleroi (sud de la Belgique), par les Editions Dupuis, en même temps que le personnage du même nom, le 21 avril 1938, Spirou est devenu un cas unique dans le paysage de la presse BD hebdomadaire : il a, en effet, perdu, au fil des années, ses rivaux, qu’ils aient été belge, comme le Journal de Tintin (1946-1988), ou français, comme Vaillant/Pif (1945-1993), ressorti toutefois, en 2004, sous forme mensuelle, et Pilote (1959-1974). Même si ses tirages ne sont plus ceux des années 1960, portés alors par la génération du baby boom, Spirou a encore de beaux restes. Il sort à quelque 90000 exemplaires, dont 70 % d’abonnés, confie son directeur éditorial, Sergio Honorez. Spirou revendique 300000 lecteurs chaque semaine.

Gaston Lagaffe, sa mouette et son chat, dessinés par André Frankin

Créé par le Français Rob-Vel avant de passer entre les mains d’une demi-douzaine d’auteurs successifs, dont le plus illustre est le Belge Franquin, Spirou restera le personnage principal du journal, avec son inséparable Fantasio et leurs animaux de compagnie, Spip l’écureuil et le Marsupilami. Il ne sera pas, loin de là, le seul héros révélé par l’hebdomadaire. Aux aventures de Gaston Lagaffe (Franquin), Boule et Bill (Roba), Lucky Luke (Morris), des Schtroumpfs (Peyo) ou encore des Tuniques Bleues (Lambil et Cauvin), ont succédé, aujourd’hui, celles du Petit Spirou (Tome et Janry), de Kid Paddle (Midam), des Nombrils (Delaf et Dubuc) et de Largo Winch (Francq et Van Hamme).

Une planche des Tuniques bleues dessinée par Willy Lambillotte

Mais cette créativité seule n’explique pas pourquoi Spirou est mieux parvenu que ses confrères à surmonter les conséquences de la baisse de la natalité et des nouvelles distractions (télévision, ordinateur, jeux vidéo) qui ont éloigné la jeunesse des magazines. Les habitudes de lecture elles-mêmes ont changé. "Dès la fin des années 1970, l’album de BD a pris le pas sur le journal, alors que jusque là c’était l’inverse. C’était une grande mutation", rappelle Sergio Honorez. Selon Patrick Pinchart, un de ses anciens rédacteurs en chef (1987-1993 et 2004-2005), "Spirou n’aurait pas résisté au temps, s’il n’y avait pas eu une cohérence, fondée sur l’esprit d’impertinence, avec la complicité des lecteurs". Spirou, en wallon, ne veut-il pas dire à la fois "écureuil" et "facétieux, vif et déluré" ? Et Patrick Pinchart de citer, à l’appui, le personnage inénarrable de Gaston Lagaffe, ainsi que l’insolent supplément "Le trombone illustré" qui, quoique brièvement, a marqué, en 1977, l’histoire du journal.

Billy the Kid dessiné par Morris

Ce qui a sauvé l’hebdomadaire, selon Patrick Pinchart, c’est aussi que le financier Albert Frère, natif de Charleroi, lorsqu’il a racheté les Editions Dupuis avec Hachette, en 1984, a compris que, même s’il n’était pas immédiatement rentable, le journal de Spirou était une "vitrine nécessaire". "Un journal, surtout s’il a le prestige de Spirou, ça permet de roder les séries en les pré-publiant, de vérifier leur impact sur le public et d’attirer les jeune auteurs", explique Patrick Pinchart.

Une planche de Lucky Luke dessinée par Morris

Passé, en 2004, dans le giron du français Media-Participations, Spirou cherche néanmoins la recette qui lui permettra de renouer avec le succès. Au fil des années, les formules se sont succédées, avec plus ou moins de rédactionnel ou de BD, selon les équipes. Le tout nouveau rédacteur en chef, Frédéric Niffle, se fait fort de renouer avec la recette "tout public" qui a fait le succès du journal dans le passé. "On doit pouvoir lire Spirou de 7 à 77 ans", affirme-t-il, en forme d’hommage posthume au malheureux rival, le Journal de Tintin.

Agence France Presse

Une planche de Largo Winch dessinée par Philippe Francq

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source