retour article original

mercredi 28 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales
Reuters, 5 mai 2008

Informations internationales : Abdoulaye Wade critique l’inefficacité de la FAO et le charity business des ONG

par Diadie BA, Pascal FLETCHER et Marc DELTEIL


Du bétail s’abreuve dans le Niger

DAKAR (Reuters) - L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) est une institution coûteuse et inefficace qui devrait s’effacer au profit d’aides et d’investissements innovants permettant à l’Afrique de parvenir à l’autosuffisance alimentaire, estime le président sénégalais, Abdoulaye Wade.

Un entrepôt du Programme alimentaire mondial de l’ONU, à Bulawayo, au Zimbabwe


Le Sénégal est l’un des principaux bénéficiaires africains de l’aide étrangère, en même temps que l’un des plus gros importateurs de nourriture du monde par rapport à sa taille. Il fait partie de ces pays d’Afrique de l’Ouest avec la Guinée, le Cameroun et la Mauritanie où la récente flambée mondiale des prix alimentaires et du carburant a provoqué manifestations et émeutes de la faim. Abdoulaye Wade est un critique habituel de ce qu’il a appelle la "vaste escroquerie" de l’aide alimentaire internationale traditionnelle qui, selon lui, est gaspillée à entretenir des hauts fonctionnaires internationaux au lieu de bénéficier aux plus pauvres.

Distribution d’aide alimentaire au Kenya

Dans un discours prononcé, dimanche 4 mai 2008 au soir, Abdoulaye Wade a présenté la FAO, créée en 1945 et basée à Rome, comme "un gouffre d’argent largement dépensé en fonctionnement pour très peu d’opérations efficaces sur le terrain". Le chef de l’Etat sénégalais a estimé que la FAO, dirigée par son compatriote Jacques Diouf, un technocrate, devrait être remplacée par une nouvelle agence de l’ONU, le Fonds international pour le développement agricole, qui serait basée en Afrique. S’il a stigmatisé particulièrement la FAO, Abdoulaye Wade a dénoncé aussi "certaines ONG, goulues et dévoreuses de ressources d’aide qui en absorberont une bonne partie au moyen de toutes sortes d’artifices, en administration, voyages et frais d’hôtel luxueux de soi-disant experts, plutôt qu’en actions". Tout en se félicitant de la vague de solidarité internationale provoquée par la flambée des prix alimentaires, Abdoulaye Wade estime que le monde a mis trop longtemps à prendre conscience du problème et qu’il faut le repenser à fond. "Il faut qu’on arrête ce scénario d’exploitation de la fibre altruiste des populations du Nord et du thème de la misère de celles du Sud, où des distributeurs attitrés de l’aide, ou improvisés pour les besoins de la cause, ont réussi, par un intense lobbying de haut niveau, à s’intercaler entre les ressources et les destinataires, et commencent d’abord par se servir largement", a souligné Abdoulaye Wade.

Abdoulaye Wade

Abdoulaye Wade a appelé de ses voeux un politique nouvelle fondée sur l’autosuffisance, de préférence à la charité, pour s’attaquer la crise alimentaire mondiale qui menace des millions de gens dans le monde, notamment en Afrique, le continent le moins développé. Abdoulaye Wade a proposé que l’aide alimentaire traditionnelle sous forme de dons, qu’il a qualifiée "d’aumône", soit remplacée par un "investissement innovant dans l’agriculture en Afrique". Il s’agirait de mettre à la disposition des agriculteurs graines, engrais, équipement, irrigation et formation spécialisée.

Distribution d’aide alimentaire au Soudan

En dépit des manifestations dans son propre pays, Abdoulaye Wade a affirmé qu’il n’y avait pas de famine au Sénégal et qu’il n’y en aurait pas, son gouvernement dépensant plusieurs centaines de millions de dollars par an pour subventionner les prix de la nourriture et du carburant. En avril 2008, il a annoncé une "Grande offensive agricole pour la nourriture et l’abondance", jugée très ambitieuse par les experts, visant à multiplier par cinq la production de riz d’ici la prochaine saison, afin de cesser d’importer cette denrée de base de l’alimentation sénégalaise.

Diadie BA, Pascal FLETCHER et Marc DELTEIL

Des agriculteurs au Sénégal

AUTEURS 

  • Diadie BA, Pascal FLETCHER et Marc DELTEIL

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source