retour article original

jeudi 24 août 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Haïti (4ème partie) : Du 1er avril 2004 au 31 août 2004
AP, 17 avril 2004

Haïti, en manque d’aide financière et humanitaire


Cap-Haïtien, le 14 mars 2004, à l’heure où un bus part vers Port-au-Prince

GENEVE (AP) - Alors qu’Haïti émerge à peine d’une crise politique violente, les Nations Unies ont beaucoup de mal à trouver des Etats membres désireux d’aider financièrement ce pays caribéen à lutter contre la pauvreté, a déclaré, vendredi 16 avril 2004, Elisabeth Byrs, porte-parole du bureau onusien de la coordination des affaires humanitaires.


L’ONU n’a réuni que sept millions de dollars sur les 35 millions nécessaires pour assister Haïti, pays le plus pauvre de l’hémisphère nord.

Une fillette des bidonvilles, qui symbolise toute la misère du peuple haïtien

"Il est vital que nous ayons cet argent car même si la situation politique est plus proche de la normale, la situation humanitaire ne l’est pas", a déclaré Mme Byrs à la presse. "La situation politique n’a fait qu’appauvrir les pauvres."

La plupart des huit millions d’Haïtiens sont au chômage ou n’ont pas de travail régulier, et vivent avec moins d’un dollar par jour.

Des Haïtiens font la queue, dans l’espoir d’être embauchés par une entreprise de la zone industrielle, à Port-au-Prince, le 12 mars 2004

Un enfant sur dix meurt avant d’atteindre l’âge de cinq ans et près de 30% de ceux qui survivent sont rachitiques parce qu’ils ne mangent pas à leur faim.

Une bébé souffrant de malnutrition, soigné dans une clinique de Port-au-Prince, le 22 mars 2004

La situation économique catastrophique du pays a empiré du fait de la déforestation qui concerne 90 % des terres.

A gauche de l’image, la baie de Port-au-Prince. Haïti a été systématiquement déboisé pour la culture extensive de la canne à sucre. Il en est résulté un problème d’érosion des sols et d’appauvrissement de la terre arable. Un programme de reforestation offrirait du travail à des quantités de chômeurs, leur donnerait l’occasion de quitter l’atmosphère des bidonvilles et contribuerait à résoudre des problèmes écologiques tout en favorisant la conversion à une agriculture biologique

Environ 270000 personnes comptent sur les distributions alimentaires de l’ONU pour éviter une malnutrition chronique.

Le repas d’une famille, à Cap-Haïtien, le 27 février 2004

Depuis la fin de la rébellion, ce sont désormais des criminels et non plus des insurgés qui s’attaquent aux camions d’aide humanitaire.

"Le peuple haïtien a besoin d’aide maintenant", a déclaré Christiane Berthiaume, porte-parole du Programme alimentaire mondial (PAM). "Nous ne pouvons pas attendre que le retour d’une stabilité complète."

Visitant Haïti, jeudi 15 avril 2004, le directeur du PAM, James Morris, a appelé les pays donateurs à ne pas oublier les besoins du peuple haïtien et d’accroître leur aide à ce pays qui selon lui court "le danger de glisser dans l’oubli".

Associated Press

James T. Morris

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source