retour article original

vendredi 23 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Cameroun
Le Monde, 22 juin 2008

Cameroun : De la colonisation à la dictature

par Catherine BEDARIDA


Des victimes de la répression contre l’Union des populations du Cameroun

Que sait-on, aujourd’hui, des circonstances dans lesquelles le Cameroun est devenu indépendant en 1960 ? Si de grandes figures africaines assassinées pour leur combat anticolonial, tel le Congolais Patrice Lumumba, sont connues, les leaders camerounais qui ont subi le même sort sont tombés dans l’oubli.

Cameroun


Deux dictateurs ont régné sur le Cameroun depuis l’indépendance du pays : Ahmadou Ahidjo (1960-1982) et son successeur, l’actuel président, Paul Biya. Ce dernier est peu désireux de voir exhumée la mémoire d’opposants populaires depuis longtemps disparus. Quant aux archives militaires françaises, elles ne sont pas toutes ouvertes. Un film de Gaëlle Le Roy et Valérie Osouf revient sur ce passé enfoui. Les réalisatrices ont enquêté au Cameroun, auprès d’anciens militants de l’indépendance, et en France, interrogeant des dirigeants gaullistes -Pierre Messmer, ex-premier ministre, et Jean Foyer, ministre de la coopération (1960-1962).

Ahmadou Ahidjo

Aujourd’hui, dans les rues de Yaoundé, la capitale du pays, une publicité de la marque Total clame : "Nos chemins se croisent et ça fait soixante ans que ça dure." M. Foyer confirme... Il raconte les négociations menées en 1960 : "Nous avons passé des accords sur les matières premières stratégiques (...) (qui contraignaient) les Camerounais à nous proposer, en priorité, les concessions." Pendant la période de transition, la préoccupation des autorités françaises était de s’assurer le contrôle des richesses naturelles. La France choisit le futur président Ahidjo, non sans avoir tout fait pour écraser le principal parti d’indépendance, l’UPC (Union des populations du Cameroun). Dans les années 1950, l’UPC, dirigé par Ruben Um Nyobé, recueille un fort soutien populaire. L’heure est alors aux indépendances. Le tiers-monde est marqué par des personnalités comme Nasser, Tito ou Nehru. Ruben Um Nyobé exprime aussi cette aspiration jusqu’à la tribune des Nations Unies. Mais la France dissout son parti en 1955 et en pourchasse les militants. En 1958, il est assassiné. La répression contre l’UPC est d’une extrême violence : torture, assassinats, exposition des têtes coupées des victimes, bombardements.

Ruben Um Nyobé

Malgré les persécutions, l’UPC continue de combattre, après 1960, le régime d’Ahmadou Ahidjo, accusé d’avoir confisqué l’indépendance. Epaulées par l’armée française, les forces camerounaises appliquent ses méthodes. Dix années de terreur et des centaines de milliers de morts seront nécessaires pour venir à bout de l’opposition. Aujourd’hui, Paul Biya, héritier du régime Ahidjo, conserve le soutien de la France.

Catherine BEDARIDA

Paul Biya

AUTEURS 

  • Catherine BEDARIDA

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source