retour article original

lundi 21 août 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Israël
AFP, 11 juillet 2008

Corruption : Les arnaques d’Ehud Olmert

par Marius SCHATTNER


Vue de Jérusalem

JERUSALEM (AFP) - Le Premier ministre israélien, Ehud Olmert, a de nouveau été interrogé, vendredi 11 juillet 2008, par la police, qui le soupçonne désormais non seulement de "corruption", mais aussi "d’escroquerie".

Israël


Les policiers sont arrivés discrètement à la résidence de M. Olmert, à Jérusalem, peu avant 10h00, et en sont ressortis tout aussi discrètement, plus de deux heures après, selon un photographe de l’AFP. Au terme de cet interrogatoire, la police et le ministère de la Justice ont publié un communiqué conjoint indiquant que les "nouveaux soupçons" pesant sur M. Olmert concernent des voyages qu’il a effectués avant sa prise de fonctions en tant que Premier ministre en janvier 2006, en qualité de maire de Jérusalem, puis de ministre du Commerce et de l’Industrie. "Selon ces soupçons, quand il était maire de Jérusalem, puis ministre l’Industrie et du Commerce, il avait coutume de s’adresser en même temps à diverses institutions, dont l’Etat, afin que toutes financent le même voyage" séparément, indique le communiqué. "L’agence de voyages à laquelle il s’adressait envoyait à chacune de ces institutions des factures différentes pour le même vol, comme si chacune d’entre elles était la seule à le financer", précise le communiqué. Il ajoute que les sommes ainsi obtenues ont en partie été versées sur un compte privé de M. Olmert pour financer "des voyages privés à l’étranger pour lui et sa famille", et qu’"un soupçon d’escroquerie existe". "Le conseiller juridique du gouvernement et le procureur de l’Etat continuent de suivre de très près cette enquête, qui est déjà très avancée. Des efforts sont faits pour qu’elle s’achève au plus vite, notamment en raison de sa sensibilité", a encore ajouté le communiqué conjoint de la police et du ministère de la Justice.

Ehud Olmert

Formellement, le Premier ministre est par ailleurs soupçonné de "fraude", "d’abus de confiance" et d’irrégularités dans le financement de campagnes électorales. Dans une accablante déposition, le 27 mai, au tribunal de district de Jérusalem, l’homme d’affaires américain Morris Talansky a affirmé avoir remis, en quinze ans, en liquide, dans des enveloppes, plus de 100000 dollars à M. Olmert, alors qu’il était maire de Jérusalem, puis ministre de l’Industrie et Commerce. M. Olmert s’est défendu en expliquant avoir utilisé cet argent uniquement pour le financement de campagnes électorales, et a proclamé n’avoir pas "mis un sou dans sa poche". Le contre-interrogatoire de M. Talansky est prévu à partir du 17 juillet 2008.

Morris Talansky

Selon un haut responsable judiciaire, cité par le quotidien Maariv "il ne fait pas de doute qu’un acte d’accusation sera établi" à propos de M. Olmert. Selon un responsable policier, cité par le quotidien Haaretz : "si Olmert n’était pas Premier ministre il aurait déjà été mis en examen". De son côté, un attaché de presse du Premier ministre, Amir Dan, a accusé la police mener une campagne de dénigrement contre le chef du gouvernement en "orchestrant des fuites".

Marius SCHATTNER

Vue du mur israélien à Abu Dis

AUTEURS 

  • Marius SCHATTNER

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source