retour article original

jeudi 27 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Algérie
AP, 13 juillet 2008

Algérie : Sans nouvelles de deux détenus libérés de Guantanamo


Vue des installations de Guantanamo, à Cuba

ALGER - La Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme (LADDH) a fait part, dimanche 13 juillet 2008, de son "inquiétude" concernant le sort de deux Algériens libérés de Guantanamo, dont les familles disent n’avoir reçu aucune nouvelle.

Algérie


Les proches d’Abderrahmane Houari, 28 ans, et Mustapha Ahmed Hamili, "ignorent totalement l’endroit où se trouvent ces derniers depuis qu’ils ont été remis aux autorités algériennes par les autorités américaines", a déclaré Me Mustapha Bouchachi, président de la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme, cité par le journal arabophone "Al Hadath" ("L’Evénement"). " La Ligue n’a obtenu aucune information sur les deux ex-détenus. Tout ce qu’elle en sait, c’est par le biais des rapports des organisations internationales des droits de l’Homme", qui évoquent la "disparition des deux détenus libérés Abderrahmane Houari et Ahmed Hamili", ajoute maître Bouchachi. Le président de la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme dit pour sa part "ne pas être en possessions d’informations prouvant que les Américains ont bien remis les deux détenus aux autorités algériennes pour les traduire devant la justice". Dans ces conditions, les deux ex-prisonniers du camp américain pour terroristes présumés à Cuba "sont considérés comme des disparus, ne serait-ce que provisoirement", explique Me Bouchachi, qui déplore "l’opacité avec laquelle l’Algérie traite ce dossier, alors qu’il y va de son image et de sa crédibilité sur le plan international". "Même si les Américains sont convaincus de l’innocence des deux ex-détenus, cela n’exclut pas pour autant la nécessité pour la justice algérienne de les juger", souligne l’avocat.

Associated Press

Mustapha Bouchachi

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source