retour article original

mardi 28 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Comores
ADP, 19 juillet 2008

Comores : Mohamed Bacar et ses complices sont expulsés de la Réunion vers le Bénin


Vue de Moroni

Le colonel Mohamed Bacar, président déchu de l’île comorienne d’Anjouan, a été expulsé de la Réunion, samedi 19 juillet 2008, avec son frère et deux de ses hommes, à destination de Cotonou au Bénin, selon un communiqué de la préfecture de la Réunion.

Comores


Mohamed Bacar, président d’Anjouan depuis mars 2002 mais dont la réélection, en juin 2007, avait été jugée illégale par l’Union des Comores et l’Union africaine (UA), a été renversé, fin mars, par une opération de l’armée comorienne et des troupes mandatées par l’Union africaine. Arrivé, fin mars, dans l’île française de la Réunion, avec des militaires de sa garde rapprochée, Mohamed Bacar a été condamné à 3 mois de prison avec sursis pour détention d’armes. L’asile en France lui avait été définitivement refusé fin juin 2008, mais son renvoi aux Comores avait été exclu. Il était, depuis, assigné à résidence dans une base aérienne militaire de la Réunion.

Vue de Moroni

"Ce matin, M. Mohamed Bacar, son frère et deux Anjouanais assignés à résidence à la Base aérienne 181 ont été reconduits par un vol spécial affrété par le gouvernement français à destination de Cotonou (Bénin)", a indiqué un communiqué du préfet de la Réunion, Pierre-Henry Maccioni. Leur départ s’est déroulé "sans aucun incident", selon la préfecture. "Toutes les voies de recours suspensif étant éteintes, les autorités béninoises ayant fait connaître leur disponibilité à accueillir M. Bacar, le préfet a fait part à ce dernier et à trois autres Anjouanais préalablement désignés par lui, par courrier notifié le 10 juillet 2008, de son intention d’abroger les arrêtés d’assignation à résidence et de mettre à exécution les arrêtés de reconduite à la frontière les concernant", ajoute le texte.

Agence France Presse

Mohamed Bacar

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source