retour article original

jeudi 20 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Israël
AFP, 21 juillet 2008

Corruption : Publication d’un interrogatoire d’Ehud Olmert par la police

par Marius SCHATTNER


Une colonie juive en construction à Jérusalem

JERUSALEM (AFP) - L’image du Premier ministre israélien, Ehud Olmert, apparaît de plus en plus ternie, à la suite de la révélation de ses interrogatoires dans des affaires de corruption, bien que des contradictions soient apparues chez le principal témoin à charge.

Israël


Le quotidien à grand tirage Yediot Aharonot a publié, lundi 21 juillet, in extenso sur huit pages, le verbatim de l’interrogatoire de M. Olmert par la police, le 23 mai, dans lequel il confirme avoir reçu de l’argent de l’homme d’affaires américain Morris Talansky. Tout au long de l’interrogatoire, limité à une heure, M. Olmert s’efforce de gagner du temps, en exigeant de noter toutes les questions et réponses. Les avocats du Premier ministre israélien ont déposé une plainte, lundi 21 juillet 2008, auprès du Procureur général, après cette publication. Ces révélations qui, selon des juristes, violent le secret de l’instruction, font apparaître un Premier ministre empêtré dans des explications contradictoires et souffrant de trous de mémoire. Ehud Olmert a nié toute malversation, mais a reconnu avoir reçu des fonds destinés à financer ses campagnes électorales avant sa prise de fonctions comme Premier ministre, en janvier 2006, notamment à la mairie de Jérusalem, en 1999 et 2003. Il est aussi éclaboussé par plusieurs affaires de corruption. Dans la dernière en date, qui a éclaté la semaine dernière, il est soupçonné d’escroquerie aux billets d’avions. Il aurait ainsi présenté une dizaine de factures différentes à diverses organisations de bienfaisance pour un seul et même voyage, alors qu’il était maire de Jérusalem (1996-2003), puis ministre du Commerce et de l’Industrie (2003-2006). Par ailleurs, la police a annoncé avoir complété le travail d’une équipe envoyée durant un mois aux Etats-Unis pour recueillir des nouveaux indices sur des malversations qu’aurait commises M. Olmert. Selon des fuites provenant de l’enquête, largement reprises par les médias, ces indices font peser sur M. Olmert le soupçon d’être intervenu dans le passé pour favoriser les affaires de M. Talansky.

Ehud Olmert

Les avocats du Premier ministre ont toutefois marqué des points en parvenant à affaiblir la déposition du principal témoin à charge, Morris Talansky, lors de leur contre-interrogatoire commencé jeudi 17 juillet. Face au feu roulant des avocats de la défense, M. Talansky, âgé de 75 ans, a répondu, lundi 21 juillet 2008, par une série de "je ne me souviens pas", "je n’en ai pas le souvenir". Il a aussi dit ne pas se souvenir d’un voyage en Israël effectué en février 2008 et a nié avoir autorisé un transfert bancaire, avant que les avocats de M. Olmert ne lui montrent une copie de la demande avec sa signature. Il soutient qu’il s’agit de petites sommes de l’ordre "de plusieurs centaines à deux mille dollars" tout en s’affirmant incapable de se souvenir des montants exacts. Le dernier contre-interrogatoire doit avoir lieu mardi 22 juillet. Dans une déposition accablante, en mai, au tribunal, M. Talansky a affirmé avoir versé à M. Olmert plus de 100000 dollars en liquide, sous forme d’enveloppes, pendant une quinzaine d’années. Il a maintenu, devant la cour, avoir versé plus de 72000 dollars en contribution aux campagnes électorales de M. Olmert. Dimanche 20 juillet 2008, M. Talansky a admis ne plus se souvenir comment il avait transféré l’argent à M. Olmert, expliquant les contradictions de sa déposition à la police par la pression des enquêteurs qui l’avaient jeté "dans un état de confusion et d’agitation".

Morris Talansky

Des dirigeants de son propre parti, Kadima, ont multiplié ces derniers jours les appels à M. Olmert à ne pas se présenter comme candidat aux primaires, de crainte que son impopularité n’entraîne un désastre électoral de toute la formation. Le parti Kadima a annoncé qu’il organiserait en septembre des élections primaires. Mais la décision formelle n’a pas encore été prise par la direction, faute de 91 voix nécessaires sur 180 au sein de la direction.

Marius SCHATTNER

Une colonie juive en construction à Jérusalem

AUTEURS 

  • Marius SCHATTNER

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source