retour article original

mercredi 29 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (4ème partie) : Du 16 avril 2004 au 30 avril 2004
AFP, 21 avril 2004

La République dominicaine retire ses soldats d’Irak (officiel)

Suivi d’un commentaire


Le gouvernement dominicain a décidé de retirer le plus tôt possible ses soldats engagés en Irak et membres de la brigade Plus Ultra qui était dirigée par les troupes espagnoles, a annoncé le secrétaire à la défense de la République dominicaine, le général Jose Miguel Soto Jimenez.


"Les troupes des Forces Armées se trouvant en Irak s’en retireront d’ici quelque jours, la semaine prochaine. Dans les prochaines semaines nous leur tendrons la main lors de leur retour ici", a affirmé le général après une réunion avec le président de la République dominicaine Hipolito Mejia.

La République dominicaine disposait en Irak d’un corps de 300 militaires intégrés à la brigade rassemblant des Espagnols et des Sud Américains chargée de tâches de surveillance du territoire irakien après son invasion par la coalition américano-britannique. Ces militaires étaient stationnés dans la région de Najaf, dans le centre du pays, où les forces de la coalition font face à la rébellion des partisans de Moqtada Al-Sadr.

Dimanche 18 avril 2004, le Président Mejia avait affirmé au chef du gouvernement espagnol José Luis Rodríguez Zapatero : "Nous aussi nous partirons à peine terminé notre engagement (en juillet : ndlr)". Emboîtant le pas à l’Espagne, qui avait annoncé son départ dimanche 18 avril au soir, le président hondurien Ricardo Maduro avait décidé, lundi 19 avril au soir, un retrait "dans le meilleur délai possible" des 368 militaires envoyés en Irak pour appuyer les forces de la coalition alliée dans ce pays, avant la fin de la mission prévue en juillet 2004.

Le Salvador, avec le Honduras et la République dominicaine, troisième pays d’Amérique latine de la brigade Plus Ultra à encore avoir des troupes en Irak, a également affirmé qu’il ne resterait pas au dela du mois de juillet 2004.

Agence France Presse

Commentaire

Si on considère la situation du point de vue de la résistance irakienne, il convient de traiter les troupes des pays latino-américains de la même façon que les troupes espagnoles et établir un contact direct avec les commandants de ces troupes en Irak, afin que leur retrait s’effectue en toute sécurité.

Les capacités offensives de la résistance irakienne peuvent se concentrer sur les troupes d’occupation américaines et britanniques.

Les résistants qui apprennent à se servir d’un mortier ou de roquettes devraient s’entraîner sur des cibles américaines dégagées, afin d’éviter que les erreurs de tir fassent des victimes irakiennes innocentes. Par exemple, le QG de la coalition offre une excellente cible d’entraînement. Même un tir imprécis demeure psychologiquement efficace, en rappelant aux Américains à quel point leur présence en Irak est appréciée.

Frank BRUNNER

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source