retour article original

samedi 25 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (4ème partie) : Du 16 avril 2004 au 30 avril 2004
AFP, 22 avril 2004

Irak : les partisans de Moqtada Al-Sadr manifestent à Bassorah au lendemain des attentats


BAGDAD (AFP) - Les partisans du chef radical chiite Moqtada Al-Sadr s’apprêtaient à manifester, jeudi 22 avril 2004, à Bassorah, contre les forces britanniques, au lendemain de la série d’attentats qui a endeuillé la ville, alors que Washington envisage l’envoi de renforts pour ramener le calme en Irak.


Des dizaines de personnes avaient commencé à se rassembler dans la matinée devant le bureau Sadr, dans le centre de Bassorah en prévision du défilé destiné à protester contre "l’incapacité" des troupes britanniques à assurer l’ordre.

"Nous voulons protester contre les agressions contre la police qui démontrent l’échec de l’occupant à maîtriser la situation", a déclaré cheikh Abdel Sattar Bahadli, représentant de Moqtada Al-Sadr à Bassorah.

"Nous demandons à l’occupant de confier le dossier de la sécurité à la police irakienne, aux organisations et aux partis de la ville", a-t-il ajouté.

Il a mis en garde contre les risques d’une révolte de la population dans cette grande ville du sud de l’Irak, habitée par deux millions de personnes, en raison de l’insécurité et a assuré que les partisans de Moqtada Al-Sadr seraient dans ce cas "le détonateur du soulèvement".

Selon un scénario désormais classique, cinq attentats suicide à la voiture piégée ont visé, mercredi 21 avril 2004, trois postes de police de Bassorah et l’école de police de Zoubeïr, à 25 km plus au sud, faisant en tout 68 morts et 98 blessés, dont un nombre important d’enfants.

"La majorité des victimes (de ces attentats) sont des policiers et des écoliers", avait déclaré, mercredi 21 avril 2004, le gouverneur de Bassorah, Waël Abdel Latif.

A Londres, le ministère de la Défense a indiqué que quatre militaires britanniques avaient été blessés, dont deux grièvement, dans les attentats contre l’école de police à Zoubeïr.

Le caractère simultané de ces attentats perpétrés à l’heure de pointe a fait dire à M. Abdel Latif qu’"ils portent la marque d’Al-Qaïda", opinion qu’a dit partager, jeudi 22 avril 2004, un haut responsable de la coalition.

Jusqu’alors, Bassorah était restée relativement calme par rapport aux autres régions en proie à la violence, notamment celle des environs de Bagdad.

Lundi 19 avril 2004, la coalition conduite par les Etats-Unis avait affirmé que la guérilla pourrait tenter de lancer une attaque "spectaculaire" dans le but de briser la volonté des forces américaines.

Après les attentats de mercredi 21 avril 2004, le ministre de l’Intérieur irakien, Samir al-Soumaydaï a reconnu que la police irakienne aurait besoin, dans un premier temps, de l’assistance de la coalition, après le transfert du pouvoir prévu pour le 30 juin 2004 prochain.

La Maison Blanche s’accroche à cette date, tout en se tournant désormais vers les Nations Unies. Elle envisage de leur demander une nouvelle résolution sur les modalités de ce transfert et l’organisation d’élections.

Face à la dégradation de la situation dans le pays, le chef d’état-major interarmées américain, le général Richard Myers, a annoncé que l’armée envisageait d’envoyer davantage de soldats en Irak, ce qui devrait encore accroître le coût des opérations militaires.

"C’est une situation grave", a-t-il reconnu devant la commission des forces armées du Sénat, "nous sommes en guerre. Nous avons fort à faire face aux extrémistes en Irak".

Le général Myers a indiqué que le commandant des forces américaines en Irak, le général John Abizaid, était en train d’évaluer le nombre de soldats supplémentaires dont il pourrait avoir besoin.

"Cela dépend en partie de l’évolution de la situation à Falloujah", le bastion sunnite à 50 km à l’ouest de Bagdad, a-t-il expliqué.

L’armée américaine a justement indiqué, jeudi 22 avril 2004, que 36 résistants avaient été tués, mercredi 21 avril, à Falloujah, lors de combats survenus malgré un projet de trêve annoncé, lundi 19 avril 2004, par la coalition, mais qui tarde à entrer en application.

La coalition a annoncé d’autre part qu’un soldat américain avait été tué, mardi 20 avril 2004 au soir, dans un accident de la route au nord de Bagdad.

Plus de 700 soldats américains ont été tués en Irak depuis le déclenchement de la guerre le 20 mars 2003.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source