retour article original

jeudi 27 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption au Pérou
AFP, 12 octobre 2008

Corruption : Alan Garcia nomme un Premier ministre chargé de la lutte


Alan Garcia

LIMA (AFP) - Le président péruvien, Alan Garcia, ébranlé par un scandale de pots-de-vin qui a provoqué la chute de son gouvernement, a nommé, samedi 11 octobre 2008, un dirigeant régional indépendant, Yehude Simon, comme nouveau Premier ministre et l’a chargé en priorité d’"éradiquer" la corruption. Confronté à mi-mandat à une popularité en berne à 20 %, la plus faible depuis son élection en 2006, le président péruvien a en outre à faire face à la résurgence de la guérilla maoïste du Sentier lumineux.

Pérou


Le Pérou vivait, depuis une semaine, une crise politique larvée, avec la révélation d’une affaire présumée de pots-de-vin versés par la compagnie pétrolière norvégienne Discover à l’organisme public Petroperu, chargé d’attribuer les concessions d’exploitation. A l’origine du scandale de corruption, un enregistrement diffusé par la télévision avait révélé les propos d’un haut responsable de Petroperu, Alberto Quimper, et d’un influent militant de l’APRA, Romulo Leon, en train de se réjouir des juteux versements et de la "bonne affaire" réalisée avec Discover. Ces personnes, dont le premier est détenu et le second en fuite, auraient fait pression pour que la compagnie norvégienne obtienne un contrat d’exploration de cinq blocs sur le plateau continental péruvien et dans la région de Madre de Dios. Le contrat a depuis été rompu et la firme scandinave a officialisé, vendredi 10 octobre 2008, l’abandon de ses activités au Pérou, tout en se disant victime de la part d’intermédiaires. Ces révélations ont eu l’effet d’une bombe dans un pays rengorgeant de matières premières et fort du record de la croissance économique en Amérique latine (9 %) mais où plus du tiers de la population vit toujours dans la pauvreté.

Alberto Quimper

Pour échapper à une motion de censure au parlement où son parti, l’APRA, ne dispose pas d’une majorité suffisante, M. Garcia qui avait déjà renvoyé son ministre du Pétrole dans l’epoir d’éteindre l’incendie, a accepté, vendredi 10 octobre 2008, la démission en bloc de son gouvernement. Le président Garcia, un social-démocrate qui mène une politique de libéralisation à tout crin, a chargé M. Simon de former sur une base "la plus large et plurielle possible" le nouveau cabinet dont une des tâches primordiales, a-t-il déclaré à la presse, sera d’"éradiquer absolument la corruption". Yehude Simon, âgé de 61 ans, est un dirigeant politique indépendant qui se qualifie lui-même d’"humaniste". Il était jusqu’ici chef du gouvernement régional de Lambayeque. Militant de gauche depuis vingt ans, il a passé huit ans en prison sous le régime de l’ex-président Alberto Fujimori (1990-2000), qui l’avait accusé d’apologie du mouvement de guérilla d’extrême gauche MRTA.

Yehude Simon

La crise provoquée par le scandale des pots-de-vin a fait ressurgir le spectre de la gestion calamiteuse de M. Garcia pendant son premier mandat, entre 1985 et 1990, qui s’était soldé par la faillite des comptes publics et l’augmentation des attaques du Sentier lumineux. La résurgence de la guérilla s’est justement confirmée cette semaine, après une embuscade, jeudi 9 octobre 2008 au soir, dans le sud-est du pays, qui a fait quatorze morts, dont douze militaires et deux civils, constituant la pire attaque survenue depuis une décennie. Les affrontements entre l’armée et le Sentier lumineux, émaillés de massacres de civils commis de part et d’autre, ont fait environ 70000 morts entre 1980 et 2000, selon la Commission nationale vérité et réconciliation. Le fondateur du Sentier lumineux, Abimael Guzman, a été condamné, en 2006, à la réclusion à perpétuité, concluant un chapitre sanglant de l’histoire péruvienne, mais la guérilla a refait son apparition dans les zones productrices de coca, base de la cocaïne, dont le Pérou est le second producteur mondial.

Agence France Presse

Des membres du Sendero luminoso

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source