retour article original

dimanche 23 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Thaïlande
AFP, 21 octobre 2008

Corruption : Thaksin Shinawatra condamné pour la première fois à deux ans de prison

par Thanaporn PROMYAMYAI


Vue de Bangkok

L’ex-Premier ministre thaïlandais, Thaksin Shinawatra, renversé, en 2006, par l’armée, et exilé à Londres, a été condamné, mardi 21 octobre 2008, à deux ans de prison, pour conflit d’intérêts, dans le cadre d’une transaction immobilière effectuée par son épouse alors qu’il était au pouvoir. Il s’agit de la première condamnation contre M. Thaksin dont les alliés, revenus au pouvoir, en 2008, à Bangkok, sont confrontés à d’incessantes manifestations. Le verdict, acquis par cinq voix contre quatre, a été prononcé par la Cour suprême thaïlandaise, qui jugeait le dirigeant déchu par contumace. M. Thaksin, âgé de 59 ans, a cependant été blanchi des accusations plus graves d’abus de pouvoir en vue d’influencer directement une transaction immobilière, en 2003, au profit de son épouse, Pojaman.

Thailand


M. Thaksin, puissant homme d’affaires, a gouverné la Thaïlande de 2001 à 2006, avant d’être évincé par des généraux royalistes qui l’ont accusé de mêler en permanence affaires et politique. L’ex-Premier ministre -dont les alliés ont largement remporté des élections législatives, le 23 décembre 2007, les premières depuis le putsch- fait l’objet de multiples enquêtes et procédures judiciaires en Thaïlande. Quatre mandats d’arrêt ont été lancés contre lui. Il n’a cessé de clamer son innocence, affirmant être la cible d’une vendetta et ne plus croire en la justice de son pays.

Pojaman et Thaksin Shinawatra

M. Thaksin et Mme Pojaman, qui s’étaient enfuis en Grande-Bretagne au mois d’août, encouraient chacun jusqu’à treize ans de prison. La Cour suprême a estimé qu’en tant que Premier ministre, M. Thaksin n’aurait pas dû laisser Mme Pojaman participer au processus d’acquisition d’un terrain de cinq hectares dans Bangkok racheté, en 1995, par un fonds d’investissement dépendant de la banque centrale de Thaïlande. "Thaksin a violé" l’article de la Constitution sur les conflits d’intérêts, alors qu’il était chef d’un gouvernement "censé travailler pour le bien du public", a déclaré le juge Tonglor Chomngarm, qui présidait l’audience. "Il est condamné à deux ans de prison". Un magistrat a aussitôt déclaré à l’AFP qu’une demande d’extradition allait être présentée à la Grande-Bretagne. Mme Pojaman, âgée de 51 ans, a été acquittée pour l’affaire du terrain, mais avait été condamnée à trois de prison, le 31 juillet 2008, pour fraude fiscale dans le cadre d’une autre affaire.

Vue de Bangkok

M. Thaksin, originaire de Chiang Mai, compte de nombreux ennemis à Bangkok, regroupés au sein d’une "Alliance du peuple pour la démocratie" (PAD), à l’origine de toutes les manifestations antigouvernementales ces dernières semaines. La PAD dispose de puissants relais parmi les élites traditionnelles de Bangkok, que ce soit dans l’armée ou dans l’appareil judiciaire. Les militants de la PAD, qui occupent, depuis le 26 août, le siège du gouvernement à Bangkok, ont applaudi à l’annonce du verdict mardi 21 octobre. "Il est clair que Thaksin a créé des politiques qui ont fourni des avantages à sa famille et à ses amis. La PAD est heureuse et salue la décision de la cour", a déclaré à l’AFP Suriyasai Katasila, porte-parole de ce mouvement qui vise à renverser le gouvernement élu. Le 9 septembre, la Cour constitutionnelle a contraint à la démission le Premier ministre, Samak Sundaravej, un allié de M. Thaksin, pour avoir continué de présenter des émissions culinaires à la télévision malgré ses fonctions. M. Samak a été remplacé par un beau-frère de M. Thaksin, Somchai Wongsawat, qui a été désigné Premier ministre le 17 septembre 2008.

Thanaporn PROMYAMYAI

Somchai Wongsawat

AUTEURS 

  • Thanaporn PROMYAMYAI

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source