retour article original

lundi 20 février 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Côte d’Ivoire
Reuters, 11 novembre 2008

Côte d’Ivoire : Nouveau report du scrutin présidentiel

par Mathieu BONKOUNGOU, Jean-Loup FIEVET et Pascal LIETOUT


Vue d’Abidjan

Les principaux dirigeants politiques ivoiriens ont reporté, lundi 10 novembre, l’élection présidentielle prévue le 30 novembre et demandé à la Commission électorale de fixer une nouvelle date avant le 31 décembre 2008. Ce scrutin, déjà reporté à plusieurs reprises, est censé sceller le processus de paix lancé après la guerre civile de 2002-2003 dans le premier pays exportateur mondial de cacao.

Côte d’Ivoire


Depuis l’accord de réconciliation nationale de mars 2007 prévoyant la formation d’un gouvernement d’union nationale dirigé par Guillaume Soro, l’Etat central a fait des efforts pour réimposer son autorité sur l’ensemble du territoire. Les casques bleus de l’Onuci et les soldats français de "Licorne" se sont ainsi progressivement retirés de la "ligne de confiance" qui coupait le pays en deux pour faire place à des unités composées de soldats de l’armée et des ex-rebelles. L’élection, qui devrait voir le président, Laurent Gbagbo, briguer un nouveau mandat, est considérée comme le point d’orgue de l’accord de paix conclu, le 4 mars 2007, par le gouvernement et les Forces nouvelles (FN, ex-rebelles), qui contrôlent la moitié nord du pays depuis le coup d’Etat manqué de septembre 2002. Le chef de l’Etat a lui-même émis des doutes sur la possibilité de tenir l’échéance du 30 novembre 2008, déjà repoussée plusieurs fois depuis octobre 2005.

Laurent Gbagbo

Le Comité permanent de consultation (CPC), qui regroupe le président ivoirien Laurent Gbagbo, son Premier ministre et chef des ex-rebelles, Guillaume Soro, et des dirigeants d’opposition, a été reçu, lundi 10 novembre, à Ouagadougou, par le chef de l’Etat burkinabé, Blaise Compaoré. "Le Comité permanent de consultation a noté l’impossibilité d’organiser l’élection présidentielle à la date officielle du 30 novembre. Il a immédiatement invité le président de la Commission électorale indépendante à arrêter sans délai un calendrier précis pour l’identification du corps électoral et les inscriptions. Ce calendrier doit être publié" d’ici au 31 décembre 2008". "Je souhaite que nous puissions nous retrouver en janvier 2009 avec des perspectives beaucoup plus claires pour ce qui est de la date des élections à venir, mais aussi de la résolution des différentes questions en suspens, qui sont aussi déterminantes pour le processus, mais que je m’emploierai à résoudre avec le President et le Premier ministre", a déclaré Blaise Compaoré.

Guillaume Soro Kigbafori

La Côte d’Ivoire a lancé, fin août, une vaste opération d’identification des électeurs et de distribution de documents d’identité avant l’inscription sur les listes, et ce à temps pour le 30 novembre. Mais le processus -compliqué, coûteux et politiquement sensible- a peu avancé. A la date du 9 novembre 2008, moins d’un million de personnes, sur les neuf millions d’électeurs potentiels, avaient été identifiées, a déclaré Alassane Ouattara, leader de l’opposition dans le nord du pays. "Les élections sont reportées parce qu’à chaque fois c’est comme si on mettait la charrue avant les boeufs. Maintenant, il faut s’assurer que tout le processus d’identification et d’enrôlement se déroule bien pour déboucher sur la fixation d’une date", a déclaré pour sa part l’ancien président, Henri Konan Bédié.

Mathieu BONKOUNGOU, Jean-Loup FIEVET et Pascal LIETOUT

Henri Konan Bédié

AUTEURS 

  • Mathieu BONKOUNGOU, Jean-Loup FIEVET et Pascal LIETOUT

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source