retour article original

jeudi 23 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales
AFP, 25 novembre 2008

Informations internationales : La conférence euro-africaine adopte un programme triennal sur l’émigration

par Anne-Marie LADOUES et Amer OUALI


Des travailleuses clandestines chinoises en France

La Conférence euro-africaine sur migration et développement réunie, mardi 25 novembre 2008, à Paris, a adopté un programme de coopération triennal consensuel, visant à encadrer la migration légale, contrecarrer l’immigration illégale et organiser le développement solidaire.

Arrestation d’immigrés clandestins en France


Depuis la première conférence euro-africaine de Rabat, en juillet 2006, "nous sommes passés de la pomme de discorde à la volonté de relever collectivement le défi" des phénomènes migratoires, a déclaré le ministre français de l’Immigration, Brice Hortefeux, au cours de la conférence de presse finale, en soulignant le "consensus total" sur le programme adopté "malgré la diversité des territoires". Il s’agit, a expliqué le ministre, de "propositions concrètes, d’une panoplie d’une centaine de propositions dans lesquelles chacun pourra puiser".

Expulsion d’immigrés clandestins, à Lille, en France

Le triptyque retenu concerne l’organisation de la migration légale, la lutte contre l’immigration clandestine et la promotion de partenariats de développement. La mesure la plus spectaculaire concernant l’immigration irrégulière propose de "lutter contre la fraude documentaire" courante dans certains pays africains, en ayant notamment recours à l’informatique et à la biométrie. Il est aussi proposé de "renforcer le contrôle aux frontières" en aidant à "la création de postes frontières communs". La conférence préconise aussi d’"améliorer les réadmissions" dans les pays d’origine des clandestins expulsés d’Europe et de promouvoir les "retours volontaires" par des aides à la réinsertion. Pour organiser la migration légale, la conférence veut la création ou le renforcement, dans les pays d’origine, d’"agences spécialisées en matière d’emploi", à l’instar du Cigem récemment installé à Bamako, au Mali, et financé par l’Union européenne. Le programme confirme aussi l’option européenne de l’immigration choisie, en voulant privilégier l’accueil de "travailleurs hautement qualifiés", tout en "cherchant à prévenir la fuite des cerveaux". En ce qui concerne le lien migration-développement, la conférence recommande d’"accompagner les politiques d’emploi et de développement économique et social des pays d’origine" et d’"améliorer la protection sociale des migrants", ainsi que de "faciliter la baisse des coûts de leurs transferts de fonds". Ce programme de coopération devrait servir de base à des actions multilatérales et bilatérales.

Des émigrants clandestins arrivés aux îles Canaries, le 5 mars 2008

Le consensus final des quelque 80 délégations avait pourtant été précédé, dans la matinée, par des critiques de plusieurs dirigeants africaines sur le Pacte européen sur l’immigration adopté à Bruxelles en octobre 2008. Le ministre sénégalais de l’Intérieur, Cheikh Tidiane Sy, avait ainsi déclaré que ce pacte "est perçu comme une volonté des Européens de se bunkériser". "Tant qu’il y aura des divergences entre une politique de migration européenne restrictive et les demandes des migrants, les flux d’immigration irrégulière continueront", avait pour sa part déclaré le ministre marocain des Affaires étrangères, Taïeb Fassi Fihri, en rappelant que si "l’Europe ne doit pas être une passoire", ses besoins en main d’oeuvre s’élèveront cependant à quelque 30 millions de travailleurs en 2O30". Le ministre burkinabé des Affaires étrangères, Alain Bédouma Yoda, avait lui aussi demandé d’"assouplir les conditions d’entrée" en Europe, sous peine de voir les mêmes problèmes perdurer. A ces inquiétudes des partenaires africains, Brice Hortefeux n’a cessé d’affirmer que "l’objectif du pacte, c’est d’éviter une Europe bunker et une Europe passoire".

Anne-Marie LADOUES et Amer OUALI

Le cadavre recouvert d’un immigrant clandestin mort avant son arrivée aux îles Canaries, le 5 mars 2008

AUTEURS 

  • Anne-Marie LADOUES et Amer OUALI

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source