retour article original

vendredi 23 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (4ème partie) : Du 16 avril 2004 au 30 avril 2004
AFP, Reuters, 25 avril 2004

Irak : L’occupation se poursuit. La résistance contre l’occupant se poursuit également


Un nouvel accord de trêve a été conclu, dimanche 25 avril 2004, dans la ville irakienne de Falloujah, au lendemain d’une journée particulièrement sanglante au cours de laquelle 39 Irakiens et neuf soldats américains ont été tués.


L’accord conclu entre la coalition et des représentants de la ville assiégée à 50 kilomètres à l’ouest de Bagdad prévoit une extension "illimitée" du cessez-le-feu et l’interdiction de port d’armes dans la ville à partir de mardi 27 avril 2004, a affirmé à l’AFP un médiateur, Hachem al-Hassani, membre du Parti islamique irakien. Il prévoit aussi des patrouille communes entre la coalition et des membres de Forces de défense civile irakiennes (ICDC).

En milieu de matinée, ni la coalition ni les représentants des résistants n’avaient confirmé cet accord.

Deux cent soixante et onze personnes sont mortes et des centaines d’autres ont été blessés à Falloujah depuis que les Marines y ont lancé une opération, le 5 avril 2004, en riposte à une attaque de la guérilla qui avait coûté la vie à quatre gardes de sécurité américains.

Le Premier ministre australien, John Howard, effectuait pour sa part sa première visite en Irak depuis l’engagement de ses troupes dans ce pays il y a un an. Il a assisté, dimanche 25 avril 2004, à la cérémonie rendue en hommage aux dizaines de milliers d’Australiens morts à Gallipoli (Turquie) durant la première guerre mondiale, et a également eu une conversation avec des soldats australiens et d’autres représentants australiens à Bagdad, selon l’agence de presse australienne Associated Press.

L’Australie compte actuellement 850 soldats en Irak et dans la région. M. Howard a confirmé à plusieurs reprises leur engagement malgré la récente décision, notamment par l’Espagne, de rappeler son contingent.

Samedi 24 avril 2004, cinq Irakiens sont morts lors d’un accrochage avec des soldats polonais, et 34 autres ont été tués lors de différentes attaques, notamment à Sadr City, la banlieue chiite de Bagdad, frappée par une série d’explosions qui ont fait quatorze morts.

Un porte-parole militaire américain a indiqué qu’une enquête était en cours sur ces explosions et a nié toute implication des forces américaines.

Un autre attaque particulièrement meurtrière a coûté la vie à 14 civils dont le bus a heurté une bombe destinée à des soldats américains près d’Iskandariyah.

Samedi 24 avril 2004 au soir, une série d’attaques suicide ont visé des installations pétrolières dans le sud de l’Irak, selon l’armée américaine. Selon des sources portuaires dans le sud de l’Irak, trois embarcations traditionnelles conduites par des kamikazes ont été interceptées in extremis alors qu’elles fonçaient sur deux terminaux pétroliers. Deux soldats américains ayant participé à l’opération ont été tués.

Sept autres soldats américains ont été tués, samedi 24 avril 2004, dans deux attaques de la guérilla. La journée de samedi a été l’une des plus meurtrière depuis la chute de Bagdad, en avril 2003 et l’occupation de l’Irak par les forces de la coalition.

Face à la recrudescence des violences, le secrétaire d’Etat américain Colin Powell a demandé à plusieurs pays membres de la coalition en Irak d’envoyer plus de soldats en Irak ou de prolonger leur présence au-delà du 30 juin 2004, date du retour prévu à la souveraineté irakienne. Selon le New York Times, le commandant des forces américaines en Irak, le général John Abizaid, devrait lui même demander un renforcement du nombre de soldats américains en Irak.

Enfin, l’envoyé spécial de l’ONU en Irak Lakhdar Brahimi a répété à Paris qu’il jugeait "possible" de mettre sur pied un gouvernement de transition en Irak avant le 30 juin 2004, mais il a reconnu que cela ne serait "pas facile".

"Je pense qu’il s’agira d’un gouvernement avec des pouvoirs limités", a prévenu M. Brahimi à Paris, où il a été reçu par le président français Jacques Chirac.

Le diplomate de l’ONU mène actuellement une série de consultations en Europe avant de présenter, mardi 27 avril 2004, au Conseil de sécurité de l’ONU, son plan sur la transition en Irak.

Agence France Presse

Attentat contre un véhicule militaire à Bagdad

BAGDAD (Reuters) - Une bombe a explosé, dimanche 25 avril 2004, au passage d’un véhicule militaire américain, l’endommageant gravement et faisant, selon des témoins, des victimes.

Le véhicule, un Humvee, circulait au sein d’un convoi militaire dans une rue du centre de la capitale.

Selon les témoins, des soldats américains qui faisaient partie du convoi ont fait feu après l’explosion, blessant plusieurs passants.

Deux soldats qui se trouvaient dans le Humvee ont été évacués par des médecins militaires, ont ajouté les témoins.

L’armée américaine n’a dans l’immédiat fait aucun commentaire sur cet attentat.

Reuters

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source