retour article original

samedi 29 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Côte d’Ivoire
AFP, 23 décembre 2008

Côte d’Ivoire : Accord sur l’intégration des FN dans les forces de sécurité


Un village près de Korhogo

Les représentants de la présidence ivoirienne et l’ex-rébellion des Forces nouvelles (FN) ont paraphé, lundi 22 décembre 2008, à Ouagadougou, un accord complémentaire à l’accord de paix de 2007, prévoyant d’intégrer les FN dans les forces de sécurité, dont l’AFP a obtenu une copie.

Côte d’Ivoire


Cet accord complémentaire, appelé "Ouaga 4" doit ensuite être signé officiellement, à une date indéterminée, par le président ivoirien, Laurent Ggagbo, le Premier ministre du gouvernement de transition issu de l’accord de mars 2007, Guillaume Soro (leader de l’ex-rébellion), ainsi que par le président burkinabé, Blaise Compaoré, médiateur dans la crise ivoirienne. Quelque 5000 ex-combattants des Forces armées des FN (FAFN) devraient être intégrés "dans un délai de deux ans" dans la nouvelle armée ivoirienne, selon le texte. "La mise en place effective de la nouvelle armée nationale (de Côte d’Ivoire) interviendra au plus tard un mois après l’investiture du nouveau président de la République", est-il précisé. Par ailleurs, 600 éléments des FAFN déjà formés devraient être déployés, "sans délai", aux côtés de la police et de la gendarmerie (loyalistes) pour la sécurisation du processus électoral. L’accord prévoit également la formation de 3400 autres éléments des FAFN pour être affectés à des tâches de sécurité aux fins de leur déploiement aux côtés des forces sécuritaires (police et gendarmerie). Quant aux milices, "les deux parties conviennent dentamer leur démantèlement, le stockage de leurs armées et leur démobilisation (...) concomitamment avec la démobilisation des ex-combattants des FAFN". Le texte demande au gouvernement ivoirien de verser un montant de 50000 francs CFA (76 euros) comme "prime ou aide directe" à tout milicien ou soldat FAFN démobilisé. Il prévoit également le redéploiement de l’administration territoriale et fiscale au "plus tard le 15 janvier 2009", a-t-elle ajouté.

Laurent Gbagbo

Le texte a été parafé par le chef de la délégation du camp présidentiel, Désiré Tagro, le général Soumaïla Bakayoko, chef d’Etat major des FAFN et le ministre burkinabé des Affaires étrangères, Alain Bédouma Yoda, au titre de la facilitation. "Ouaga 4" doit succéder à trois autres accords complémentaires à l’accord de mars 2007 signé par le président Gbagbo et l’ancienne rébellion qui avait tenté de le renverser en septembre 2002.

Agence France Presse

Guillaume Soro Kigbafori

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source