retour article original

lundi 24 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Guinée
Reuters, 7 janvier 2009

Guinée : La junte procède à des arrestations au sein de l’armée

par Saliou SAMB


Vue de Conakry

La junte au pouvoir en Guinée a fait arrêter au moins deux anciens officiers supérieurs dans le cadre d’une purge trahissant des tensions après le coup d’Etat militaire du 23 décembre 2008, rapportent des officiers.

Guinée


Ces dernières années, des responsables onusiens de la lutte contre les stupéfiants ont affirmé que la stabilité de la Guinée et de ses voisins était gravement menacée par des cartels de la drogue colombiens qui ont transformé la région en plaque tournante du trafic de cocaïne vers l’Europe. "Selon certaines informations, des narcotrafiquants ont infiltré toutes les structures, y compris l’exécutif et l’appareil judiciaire", explique Antonio Mazzitelli, représentant en Afrique occidentale de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC). Le chef de la junte a promis de réprimer le trafic de drogue. Mais certains des militaires qui le soutiennent faisaient partie de ceux qui, sous couvert de réprimer une mutinerie de la police, ont saccagé les bureaux de l’agence anti-drogue, en juin 2008, détruisant toutes les archives. "L’UNODC et la communauté internationale vont suivre l’évolution de la situation en Guinée en espérant que la reconstruction du pays inclura l’élimination de toute implication présumée de hauts responsables et d’officiers dans des activités illicites, notamment le trafic de drogue", a dit Antonio Mazzitelli à Reuters.

Antonio Mazzitelli

Le régime de Lansana Conté se reposait sur les militaires, mais ils ont organisé plusieurs mutineries sanglantes pour réclamer des soldes impayées et ont été accusés d’atteintes aux droits de l’homme. Parmi les membres de la junte figurent de jeunes officiers qui ont participé, en mai 2008, à une violente mutinerie dans laquelle une dizaine de civils ont trouvé la mort, victimes de tirs à l’aveuglette. La junte, qui a désigné à sa tête un capitaine jusqu’ici peu connu, Moussa Dadis Camara, a promis d’organiser des élections cette année et d’éradiquer la corruption. Elle a aussi promis d’améliorer les conditions de vie de la majorité des Guinéens qui vivent dans la pauvreté, bien que leur pays soit le premier exportateur mondial de bauxite. De nombreux Guinéens, y compris des dirigeants syndicaux et de l’opposition, ont vu dans la prise du pouvoir par les militaires une chance de rompre avec près d’un quart de siècle d’un régime corrompu, sous la présidence de Lansana Conté, décédé le 22 décembre 2008, la veille du putsch. Mais si le Sénégal, pays voisin, a apporté son soutien à la junte, l’Union africaine a dénoncé le putsch et a suspendu la Guinée. Les Etats-Unis ont suspendu, lundi 5 janvier 2009, la majeure partie de leur aide et ont réclamé des élections au plus vite. La junte a nommé comme Premier ministre un civil, Kabine Komara, mais elle a placé des militaires à la tête des ministères de la Défense et de la Sécurité, après avoir mis à la retraite une vingtaine de généraux parmi les plus anciens.

Kabine Komara

Parmi les officiers arrêtés figure l’ancien chef d’état-major de l’armée, le général Diarra Camara, et un ancien chef de la marine, l’amiral Aly Daffé, ont précisé ces officiers sous le sceau de l’anonymat. Le général Camara, qui s’est dès le départ opposé au putsch, a été arrêté il y a deux ou trois jours, et l’amiral Daffé a été emmené au camp Alpha Yaya Diallo de Conakry, où est basée la junte. Les deux hommes ainsi que d’autres officiers sont soupçonnés de complot contre le Conseil national pour la Démocratie et le Développement (CNDD) instauré par la junte.

Diarra Camara

L’un des dirigeants de la junte, le sous-lieutenant Claude Pivi, a été nommé, lundi 5 janvier 2009, ministre chargé de la sécurité présidentielle. Le CNDD a aussi nommé comme chef d’état-major de l’armée le lieutenant-colonel Oumar Sanoh, ancien chef de la région militaire de N’Zerekore, dans le sud-ouest du pays, dont est aussi originaire le capitaine Camara. "Le président (Camara) suit une logique de purge de l’armée (...) mais cela ne règle pas les problèmes fondamentaux d’indiscipline et de corruption qui seront plus difficiles à régler", note un officier.

Saliou SAMB

Moussa Dadis Camara

AUTEURS 

  • Saliou SAMB

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source