retour article original

mardi 21 février 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Guinée
Reuters, 15 janvier 2009

Guinée : La junte fixe un ambitieux programme au gouvernement

par Saliou SAMB et Jean-Philippe LEFIEF


Une usine de bauxite à Kamsar

La junte militaire au pouvoir en Guinée depuis la mort du président, Lansana Conté, a fixé un programme ambitieux au nouveau gouvernement, notamment pour éradiquer la corruption et revoir les contrats miniers. L’exécutif, dont Moussa Dadis Camara, le jeune capitaine qui a pris le pouvoir le 23 décembre 2008, a annoncé la composition mercredi 14 janvier 2009 au soir, fait la part belle aux militaires et aux techniciens. Responsables politiques et syndicaux, qui formaient l’essentiel des précédents gouvernements, en sont pratiquement absents.

Guinée


Au lendemain du coup d’Etat, la Guinée a été exclue de la Communauté de développement des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) jusqu’à la restauration de la démocratie, que les militaires promettent pour 2010. Le Sénégal, seul pays de la région à avoir soutenu le coup d’Etat, et la France, ancienne puissance de tutelle, ont proposé d’avancer d’un an ce calendrier. Le nouveau gouvernement a été formé à la demande de Kabiné Komara, un ancien banquier que les militaires ont nommé, le 30 décembre 2008, au poste de Premier ministre. Mahmoud Thiam, autre personnalité issue du secteur bancaire, prendra la tête du ministère des Mines et celui de l’Economie et des Finances reviendra au capitaine Mamadou Sandé, également nommé au poste de ministre délégué à la Présidence, rapporte la télévision publique, qui le présente comme un économiste. Le général Mamadouba "Toto" Camara et Sekouba Konaté, numéro deux et trois de la junte, ont été confirmés respectivement aux postes de ministre de la Sécurité et de la Défense. Dix des vingt-neuf ministres et secrétaires d’Etat sont issus de l’appareil militaire et les autres sont pour la plupart des techniciens, qui viennent pour quelques uns du secteur privé.

Kabiné Komara

Dans un discours de quarante minutes retransmis à la télévision, Moussa Dadis Camara à dévoilé un programme axé sur l’amélioration des services publics et la relance d’une économie très largement dominée par la bauxite, dont la Guinée est le premier producteur mondial. Le nouveau président guinéen a également promis de privatiser les secteurs de l’eau, de l’électricité et du téléphone après le lancement d’appels d’offres internationaux. "Je m’engage à procéder à la révision du code minier et des conventions minières en vigueur, à des audits technique, financier et fiscal sur les cinq dernières années et ceci par l’entremise de cabinets de réputation internationale", a-t-il déclaré. Il avait déjà annoncé, le 27 décembre 2008, son intention de revoir les contrats miniers qu’il juge biaisés. Outre un ministère chargé des audits, de la transparence et de la bonne gouvernance, le chef de la junte a mis en place une commission chargée de "surveiller les secteurs stratégiques de l’économie guinéenne" dirigée par le ministre de la Défense Sékouba Konaté, numéro trois de la junte baptisée Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD). Afin d’améliorer le professionnalisme des forces armées, Moussa Dadis Camara a en outre annoncé que le service militaire serait obligatoire pour les étudiants.

Saliou SAMB et Jean-Philippe LEFIEF

Moussa Dadis Camara

AUTEURS 

  • Saliou SAMB et Jean-Philippe LEFIEF

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source