retour article original

samedi 27 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (4ème partie) : Du 16 avril 2004 au 30 avril 2004
AFP, 26 avril 2004

Irak : Les partis politiques italiens unanimement d’accord pour sacrifier les otages


La classe politique italienne était unanime, lundi 26 avril 2004 au soir, à refuser les demandes des ravisseurs des trois Italiens capturés en Irak, menacés de mort si des manifestations hostiles à l’occupation de l’Irak n’ont pas lieu à Rome dans les cinq jours.


"Le président du Conseil suit l’affaire des otages comme tous ces derniers jours, minute par minute, (...), mais ne fait pas de commentaire", a annoncé Paolo Bonaiuti, le porte-parole de Silvio Berlusconi.

Le chef du gouvernement italien doit se rendre, mardi 27 avril 2004, à Londres, pour des entretiens avec son homologue britannique Tony Blair sur la situation en Irak.

Il a jusqu’à présent toujours refusé de céder aux demandes des ravisseurs de ses compatriotes et affiche son soutien à l’intervention militaire américaine. "Les forces italiennes resteront en Irak pour garantir la sécurité jusqu’au transfert des pouvoirs au nouveau gouvernement irakien", a-t-il ainsi affirmé au lendemain de l’ordre de retrait donné au contingent espagnol.

Les ravisseurs des Italiens ont condamné cette attitude dans le message "au peuple italien" accompagnant une vidéo des otages transmis à la chaîne de télévision satellitaire arabe Al-Arabiya. "Nous sommes prêts en signe de bonne volonté à les libérer (...) si vous dites publiquement non à la politique de votre Premier ministre en organisant une grande manifestation dans les rues de votre capitale pour protester contre la guerre et nous manifester votre soutien", ont-ils réclamé. "Nous vous accordons cinq jours et dans le cas contraire, nous les tuerons sans hésitation et sans nouvel avertissement", ont-ils menacé.

Les principaux dirigeants de l’opposition modérée ont rejeté ces demandes. "Nous qui sommes opposés à la guerre sommes totalement contre toute négociation avec les ravisseurs et les terroristes", a déclaré Francesco Rutelli, chef de l’Olivier, la coalition des partis du centre-gauche. L’opposition plus radicale a également refusé l’ultimatum. "Nous n’acceptons et n’accepterons jamais les chantages et les intimidations des vulgaires criminels que sont les ravisseurs des otages italiens", ont affirmé dans une déclaration commune deux de ses représentants, Antonio di Pietro et Achille Occhetto. La réponse la plus virulente est toutefois venue de Roberto Calderoli, l’un des dirigeants de la Ligue du nord, le parti populiste membre du gouvernement. "On ne traite pas avec les terroristes, on les élimine", a-t-il déclaré.

Ces prises de position inquiètent les familles des otages : Maurizio Agliana, 37 ans, Umberto Cupertino, 35 ans, et Salvatore Stefio, 34 ans. "Nous avons eu une immense joie à voir les images d’Umberto et des deux autres otages et maintenant, nous adressons un appel à tous les Italiens : aidez nous à les libérer", ont demandé les parents d’Umberto Cupertino.

Un quatrième Italien, Fabrizio Quattrocchi, 36 ans, avait été enlevé le 12 avril. Il a été tué le 14 avril 2004. "Nous avons tué un des otages parce que Berlusconi refuse de retirer les troupes italiennes d’Irak (...) et nous les tuerons les uns après les autres", avaient affirmé les ravisseurs dans un communiqué transmis avec la cassette vidéo de l’assassinat de l’otage à la chaîne de télévision du Qatar Al-Jazira.

"Personne n’accepte les diktats des ravisseurs. Les manifestations pour la paix et contre la guerre en Irak continuerons comme prévu, et le 1er mai, les drapeaux arc-en-ciel (bannière du mouvement pacifiste) flotteront sur les places italiennes", a annoncé Alfonso Pecoraro Scanio, le dirigeant du parti des verts italiens.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source