retour article original

lundi 22 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (4ème partie) : Du 16 avril 2004 au 30 avril 2004
AFP, 27 avril 2004

Irak : Moqtada al-Sadr invite les Irakiens à attaquer l’occupant partout où ils se trouvent, avec les moyens appropriés


NAJAF (AFP) - Des dizaines de résistants chiites sont morts en affrontant, lundi 26 avril 2004 au soir, les troupes américaines près de la ville sainte de Najaf où la tension n’a cessé de monter depuis que le jeune chef radical Moqtada al-Sadr y a trouvé refuge.


"Quarante-trois combattants anti-coalition ont été tués et un système de DCA a été détruit" par un avion AC-130, a déclaré, mardi 27 avril, une porte-parole de la coalition, précisant que les affrontements ont commencé lundi 26 avril 2004 à 17h45 GMT.

Une source hospitalière de Najaf, à 160 km au sud de Bagdad, a de son côté fait état de 28 tués irakiens et de 32 blessés, en insistant sur le fait que de nombreux corps n’ont pas encore été retirés du champ de bataille.

Les affrontements ont eu lieu au niveau d’un pont enjambant l’Euphrate à l’entrée de Koufa, ville jumelle de Najaf où un poste de contrôle, tenu par des miliciens, a été bombardé par les Américains.

Mardi 27 avril 2004, le calme est revenu mais les troupes américaines étaient présentes dans les palmeraies situées entre ce pont et un autre en aval, sur la route de Diwaniyah, selon des sources locales.

Ces affrontements ont eu lieu en pleins préparatifs du retrait du contingent espagnol de Najaf qui s’est achevé mardi 27 avril 2004, selon le ministère de la Défense à Madrid qui a précisé que l’ensemble des 1432 militaires espagnols s’étaient repliés sur Diwaniyah, plus au sud.

Après les affrontements, le porte-parole de Moqtada al-Sadr a appelé tous les musulmans d’Irak à défendre Najaf "par les moyens qu’ils jugent appropriés" si les forces américaines essayaient d’y entrer.

"Si elles entrent à Najaf, il faut que tous les musulmans d’Irak la défendent, là où ils se trouvent par les moyens qu’ils jugent appropriés", a affirmé Qaïs al-Khazzali à la télévision satellitaire Al-Jazira du Qatar.

Les commandants américains ont récemment juré de "capturer ou tuer" Moqtada al-Sadr, sous le coup d’un mandat d’arrêt pour incitation au meurtre, et annoncé que des renforts étaient massés près de Najaf.

Le chef chiite radical a pour sa part menacé, vendredi 23 avril 2004, de lancer des opérations suicide si les troupes américaines entraient dans la cité sainte.

Dans la ville rebelle sunnite de Falloujah, à 50 km à l’ouest de Bagdad, les soldats américains devaient commencer à effectuer des patrouilles communes avec la police irakienne.

Lundi 26 avril 2004, trois soldats américains ont été tués en Irak. Dans la capitale, deux soldats ont été tués et cinq autres ont été blessés par une explosion lors d’une opération de recherche dans un dépôt de produits chimiques dans le nord de Bagdad, a annoncé le général américain Mark Kimmitt.

A Falloujah, théâtre des plus violents combats depuis une trêve annoncée il y a 15 jours, un "US Marine est mort de ses blessures et huit autres ont été blessés", a indiqué le général Kimmitt, précisant que les soldats avaient été attaqués à partir d’une mosquée dans le nord-ouest de la ville. Selon lui, ces combats ont coûté la vie à "huit combattants ennemis".

A Kirkouk, deux civils irakiens ont été tués et deux autres blessés, lundi 26 avril 2004, par la chute d’un obus de mortier, près de l’école de police, a-t-on appris de source policière.

D’autre part, la télévision satellitaire Al-Arabiya, basée à Dubaï, a diffusé, lundi 26 avril, un message d’un groupe irakien qui a menacé de tuer les trois otages italiens qu’il détient depuis le 12 avril 2004 si des manifestations hostiles à l’occupation de l’Irak n’ont pas lieu en Italie dans les cinq jours.

De son côté, le conseiller de la sécurité nationale en Irak Mouaffak al-Roubaï a affirmé avoir rencontré "quelques centaines" d’étrangers détenus par la coalition, dont des Turcs, des Syriens et des Marocains, qui disent avoir reçu de l’argent pour mener des attaques en Irak.

En Grande-Bretagne, dans une initiative sans précédent, 52 anciens diplomates ont sévèrement critiqué le Premier ministre Tony Blair et l’ont appelé à tenter d’infléchir la politique "vouée à l’échec" des Etats-Unis au Proche et Moyen-Orient ou à cesser de la soutenir.

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source