retour article original

mardi 27 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Suisse
ATS, 3 mars 2009

Corruption : Eric Stauffer est révoqué du conseil d’administration des Services industriels de Genève

Suivi d’un commentaire

par David HAEBERLI


Vue du siège des Services industriels de Genève

Eric Stauffer ne siégera plus au conseil d’administration des Services industriels de Genève (SIG) [distributeur local du gaz et de l’électricité]. Le Conseil d’Etat genevois [exécutif cantonal] a décidé de révoquer le remuant député du Mouvement Citoyens genevois (MCG). Eric Stauffer siégeait au conseil d’administration des Services industriels de Genève en tant que représentant d’un parti politique.

Suisse


Eric Stauffer, député MCG au Grand Conseil, ne fait plus partie du conseil d’administration des Services industriels (SIG). Il a en effet été révoqué de sa qualité d’administrateur avec effet immédiat, confirme un arrêté que le Conseil d’Etat a fait parvenir à l’avocat du président du MCG. "La décision est immédiatement exécutoire nonobstant recours", stipule le document. Eric Stauffer peut faire recours dans les trente jours. M. Stauffer siégeait au conseil d’administration des Services industriels de Genève depuis 2006. Le député avait embarrassé les Services industriels de Genève à plusieurs reprises, durant l’année 2007. Lors de son mandat, il a fait feu de tout bois contre les bonus distribués aux cadres de l’entreprise, il a dénoncé le salaire de son président, trop élevé à ses yeux, et a fait scandale en apprenant que les Services industriels de Genève voulaient importer des déchets napolitains. Les interventions dans les médias et les accusations répétées d’Eric Stauffer ont fini par exaspérer les Services industriels de Genève et leur ont fait craindre pour leur image. L’entreprise s’est plaint au Conseil d’Etat, qui a ouvert une enquête administrative à l’encontre du député pour violation de ses devoirs de fidélité et de réserve. « Je constate malheureusement qu’un élu du peuple qui dérange l’ordre établi et dénonce les magouilles étatiques se retrouve viré avec effet immédiat », a déclaré, lundi 2 mars 2009, Eric Stauffer. Le député annonce qu’il fera recours contre la décision et promet d’aller jusqu’au Tribunal fédéral s’il le faut.

David HAEBERLI

Eric Stauffer

Commentaire

L’éviction d’Eric Stauffer du conseil d’administration des Services industriels de Genève s’inscrit dans la logique d’un système corrompu dans lequel celui qui dénonce les magouilles du milieu politique local se retrouve avec tout le monde contre lui. Il en va exactement de même au sein des associations subventionnées noyautées par le milieu politique local. Quiconque y dénonce des cas de gestion déloyale ou de détournements de fonds publics est aussitôt accusé de "nuire à l’image de l’association" et cela sert de prétexte pour l’exclure, en sorte que les ripoux puissent continuer de magouiller entre eux sans être davantage importunés.

Au conseil d’administration des Services industriels de Genève, on trouve l’escroc et député "socialiste" genevois Alberto Velasco -voire l’Affaire Velasco dans cette même rubrique-, coureur de places émérite, menteur, calomniateur, faux témoin, et néanmoins "bien vu" au sein du milieu politique local. En voilà un qui ne risque pas d’être révoqué du conseil d’administration des Services industriels de Genève. Il ne demande qu’à continuer de s’y remplir les poches.

Frank BRUNNER

Alberto Velasco

AUTEURS 

  • David HAEBERLI

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source