retour article original

samedi 27 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (5ème partie) : Du 1er mai 2004 au 15 mai 2004
AP, 2 mai 2004

Irak : 11 soldats américains tués en deux jours


NADJAF, Irak (AP) - Onze soldats américains ont été tués, samedi 1er mai et dimanche 2 mai, en Irak, alors qu’un otage américain était retrouvé vivant et en bonne santé, dimanche 2 mai 2004, dans le centre-nord du pays, plus de trois semaines après son enlèvement.


Thomas Hamill, chauffeur de camion pour KBR, filiale du géant des services pétrolier Halliburton, s’est échappé et est venu à la rencontre d’une patrouille américaine à Balad, à 70 km au sud de Takrit et à 80 km au nord de la région d’Abou Ghraïb où il avait été enlevé, le 9 avril 2004, avec six collègues. Quatre ont été retrouvés morts, les deux autres restent portés disparus. Deux soldats américains sont également recherchés.

Thomas Hamill "a parlé à sa famille. Il est prêt maintenant à reprendre son travail", a déclaré le général Mark Kimmitt, porte-parole de la coalition. Après s’être identifié, l’homme de 43 ans a conduit les soldats à l’endroit de sa détention, où deux Irakiens armés ont été capturés, selon le commandant Neal O’Brien, porte-parole des forces américaines à Takrit.

Le lendemain de son enlèvement, les ravisseurs de Thomas Hamill avaient transmis une vidéo exigeant la fin du siège de la ville sunnite de Falloujah par les forces américaines en échange de sa libération.

Si Thomas Hamill a été sauvé, onze soldats américains supplémentaires ont en revanche trouvé la mort en Irak. Ainsi, six d’entre eux ont été tués par des obus de mortiers dans la province d’Anbar, en plein triangle sunnite. L’armée américaine n’a pas donné d’autres précisions dans l’immédiat.

Un peu plus tôt, l’explosion d’une bombe et des tirs d’artillerie légère ont tué un militaire et en ont blessé dix autres dans l’attaque d’une base de la coalition près de la ville pétrolière de Kirkouk, selon les militaires.

Dans la nuit, des résistants de l’imam radical chiite Moqtada al-Sadr avaient utilisé armes légères et grenades RPG contre un convoi américain près de la ville d’Amarah, à 300 km au sud de Bagdad. Deux soldats ont péri.

Deux autres ont perdu la vie avant l’aube, dimanche 2 mai 2004, dans une attaque au nord-ouest de la capitale, qui a également blessé un autre militaire et deux policiers irakiens.

L’armée américaine a perdu 151 hommes depuis le début de la vague de violence actuelle le 1er avril 2004, soit au moins 753 depuis le début de la guerre en Irak en mars 2003. Côté irakien, on dénombre près de 1200 morts.

Dimanche 2 mai 2004 au matin, l’Armée du Mahdi a aussi ouvert le feu au mortier sur la base des Américains à Nadjaf, sans faire ni dégâts ni victimes. Une trêve de trois jours avait pourtant été conclue. Moqtada al-Sadr, toujours retranché dans la ville sainte, semble vouloir éviter d’être arrêté.

Selon des médiateurs, le chef de la police de la ville, Ali al-Yasser, souhaitait présenter, dimanche 2 mai 2004, aux responsables américains, une proposition des chefs tribaux qui disent agir avec la bénédiction du chef spirituel de la communauté chiite, l’ayatollah Ali al-Husseini al-Sistani.

Ce plan suggèrerait que l’Armée du Mahdi quitte Nadjaf et s’abstienne d’attaquer les soldats de la coalition, en échange de quoi Moqtada al-Sadr ne sera pas arrêté tant qu’un nouveau gouvernement irakien ne sera pas formé. Les forces de la coalition quant à elles abandonneraient le centre de Nadjaf ainsi que la ville voisine de Koufa et aucune patrouille américaine n’y aurait plus lieu.

L’imam doit "être traduit en justice", a répondu le principal responsable de la coalition pour Nadjaf, Phil Kosnett.

De son côté, le mentor spirituel de Moqtada al-Sadr, le grand ayatollah Kazem al-Husseini al-Haïri, basé à Qom, a fait savoir par son frère cadet et plus proche conseiller Mohammad, que "tant que (les chiites n’étaient) pas contraints à l’affrontement, (il) n’approuvait pas les combats". Toutefois, le dignitaire n’exclut pas d’appeler au djihad si les Américains bafouent la dignité des Irakiens et violent les lieux saints.

Associated Press

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source