retour article original

lundi 27 février 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Afrique du Sud
AFP, 16 septembre 2009

Afrique du Sud : Une loi pour élargir l’emploi de leur arme par les policiers


Des policiers à Cape Town

Un projet de loi élargissant les conditions d’usage de leurs armes par les policiers sera prochainement présenté au Parlement, a annoncé, mardi 15 septembre 2009, le ministre sud-africain de la police.

Afrique du Sud


L’Afrique du Sud a l’un des taux de criminalité les plus élevés du monde, avec en moyenne 50 meurtres par jour, et de hauts responsables ont réclamé récemment davantage d’armes à feu pour les policiers. La législation actuelle n’autorise les policiers à utiliser leurs armes que si leurs vies ou la vie d’innocents est en danger. Les policiers ne sont pas autorisés à ouvrir le feu sur des suspects en fuite, y compris sur une scène de crime. Lundi 14 septembre 2009, le nouveau chef de la police, Bheki Cele, a félicité ses hommes, qui avaient tué six malfaiteurs lors d’une tentative de braquage. Il ne s’agissait pas d’une "fusillade aveugle des policiers", a souligné le ministre de la police, Nathi Mthethwa, selon lequel les criminels abattus étaient équipés d’armes automatiques et avaient tiré les premiers. "Nous connaissons les gangs qui parcourent nos rues et nous connaissons la douleur qu’ils infligent à notre société. Ces criminels planifient leurs opérations avec une précision militaire. Ce sont nos cibles", a-t-il encore dit. "Nous avons suivi l’ensemble du processus et le projet de loi sera maintenant présenté au Parlement", a déclaré Nathi Mthethwa, devant le club de la presse, à Pretoria, sans en préciser la date. "Je tiens à préciser qu’il ne s’agit pas de donner un permis de tuer aux policiers à la gâchette facile. C’est une mesure spécifiquement destinée à lutter contre les criminels dangereux", a-t-il ajouté.

Nathi Mthethwa en compagnie de Bheki Cele

Le porte-parole du département de la police nationale, Hangwani Malaudzi, a précisé que la nouvelle loi permettrait aux policiers d’ouvrir le feu si un criminel brandissait une arme, sans laisser auparavant celui-ci s’en servir. "Un officier de police n’aura plus à attendre que le criminel ouvre le feu le premier. Il pourra prendre une décision rapide, juste et immédiate et devra être ensuite capable de justifier son action", a-t-il expliqué.

Agence France Presse

Des policiers pendant une intervention

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source