retour article original

lundi 21 août 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Guinée
AP, 28 septembre 2009

Guinée : Au moins dix protestataires tués par des soldats


Un cargo dans le port de Conakry

Des soldats ont tiré sur des manifestants qui participaient, lundi 28 septembre 2009, dans un stade de Conakry, à un rassemblement contre le leader du coup d’Etat en Guinée, tuant au moins dix personnes, selon un journaliste de l’Associated Press présent sur place.

Guinée


Les tensions se sont accrues dans ce pays d’Afrique occidentale sur fond de rumeurs selon lesquelles le leader des putschistes, le capitaine Moussa "Dadis" Camara, pourrait se présenter à l’élection présidentielle prévue le 31 janvier 2009. Moussa Camara est arrivé au pouvoir à la faveur d’un coup d’Etat, en décembre 2008, quelques heures après la mort du dictateur, Lansana Conté. Il avait déclaré qu’il ne se présenterait pas à l’élection présidentielle, mais a récemment souligné qu’il avait le droit de se porter candidat si tel était son choix. La communauté internationale a coupé toute aide et la Guinée a été suspendue de l’Union africaine depuis le putsch. Le pays est le plus important producteur mondial de bauxite, mais son économie s’est dégradée sous les effets de la corruption, de l’inflation et d’un chômage élevé. Ses dix millions d’habitants comptent au nombre des plus pauvres du monde.

Moussa Camara

La manifestation qui se déroulait dans le principal stade de football de la capitale guinéenne, a attiré quelque 50000 protestataires. "Nous voulons une vraie démocratie", scandaient les participants. Des soldats, membres de la garde présidentielle, sont entrés dans le stade et ont tiré sur la foule. Un journaliste de l’Associated Press a dénombré au moins dix corps.

Alhassan SILLAH

Un portrait de Moussa Camara au camp militaire de Alpha Yaya Diallo, à Conakry, le 3 mai 2009

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source