retour article original

dimanche 26 mars 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (5ème partie) : Du 1er mai 2004 au 15 mai 2004
AFP, 4 mai 2004

Crimes de guerre en Irak : Appels dans le monde arabe pour juger les coupables


Le scandale des sévices perpétrés par des soldats américains sur des prisonniers irakiens a continué, mardi 4 mai 2004, à provoquer colère et indignation dans le monde arabe, où se sont multipliés les appels à juger les coupables devant un tribunal international.


Une cinquantaine de militants des droits de l’homme se sont rassemblés, mardi 4 mai 2004, dans le centre de Beyrouth, devant la Maison de l’ONU, brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : "Bush assassin", "Où sont les droits de l’Homme en Irak ?", "Où est la démocratie ?", "Halte aux sévices à Abou Ghraib".

Au Caire, le quotidien d’opposition al-Wafd a publié en première page quatre photos montrant, selon lui, des viols d’Irakiennes par des soldats, sans préciser l’origine de ces photos dont l’authenticité n’a pas pu être vérifiée. "La démocratie de l’empire du mal et de la prostitution américains : viol collectif par les soldats de l’occupation d’Irakiennes sous la menace des armes", proclame le journal en manchette.

La presse américaine a publié la semaine dernière des photos montrant des tortures physiques et psychologiques infligées par des soldats américains à des détenus dans la prison d’Abou Ghraib près de Bagdad. Ces pratiques sont "systématiques", a reconnu l’armée américaine dans un rapport dont des extraits sont publiés dans la presse américaine.

Le ministère britannique de la Défense a également ouvert une enquête après la publication de photos qui n’ont pas encore été authentifiées montrant un prisonnier irakien cagoulé avec un soldat britannique le menaçant de son fusil d’assaut et lui urinant sur le corps.

Pour le secrétaire général de l’Organisation égyptienne des Droits de l’homme (OEDH) Hafez Abou Saada, ces révélations "ont constitué un choc pour les activistes des droits de l’homme, car nous pensions que de telles tortures étaient l’apanage des pays du tiers monde". Dans une déclaration à l’AFP, M. Abou Saada a déploré que les Etats-Unis n’aient pas sanctionné plus durement les militaires incriminés et réclamé "la formation d’une comité d’enquête par l’ONU" ainsi que la constitution "d’un tribunal international ad hoc pour juger les coupables".

Sept autre organisations égyptiennes des Droits de l’homme ont appelé, dans un communiqué publié mardi 4 mai 2004, "toutes les organisations internationales à une enquête indépendante sous l’égide de la commission des droits de l’homme de l’ONU".

(En date du 14 mai 2004, le Daily Mirror s’est excusé d’avoir publié les photos noir-blanc ci-dessous, déclarant qu’il s’agissait d’une "intox")

Au Soudan, le ministre des Affaires étrangères Moustapha Ismaïl s’est également élevé contre les sévices dévoilés par la presse et a réclamé la fin de l’occupation de l’Irak. "Nous souhaitons que ceux qui s’érigent en défenseurs des droits de l’homme craignent Dieu dans le pays qu’ils ont occupé, après que la vérité ait été faite sur leurs agissements sauvages dans les prisons irakiennes", a déclaré le ministre à la presse.

Aux Emirats arabes unis, le quotidien Al-Khaleej s’est indigné de la faiblesse des sanctions prises à l’égard des militaires américains responsables des sévices. "La torture pratiquée sur les détenus irakiens a été sanctionnée (..) par un simple blâme (...) ce qui témoigne de l’obstination de l’occupation à poursuivre son arrogance", écrit le journal. "Ce scandale devrait aboutir devant des tribunaux chargés des crimes de guerre pour juger les agresseurs et leurs responsables politiques et militaires", ajoute-t-il.

En Syrie, le quotidien gouvernemental Techrine a estimé que "le président américain George W. Bush a tenté de montrer qu’il était choqué par les sévices infligés par ses soldats contre les prisonniers irakiens et de leur donner un aspect isolé (...) mais cette question montre le niveau de l’arrogance et de l’insolence" des soldats américains.

Enfin en Libye, le journal officiel al-Zahf al-Akhdar a estimé que "la prison d’Abou Ghraib est aujourd’hui une immense prison à la mesure de l’Irak tout entier" et appelle les Arabes à "se réveiller".

Agence France Presse

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source