retour article original

vendredi 21 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (5ème partie) : Du 1er mai 2004 au 15 mai 2004
AFP, 7 mai 2004

Irak : L’occupant attaque la résistance dans plusieurs villes

Suivi d’un commentaire


NAJAF (AFP) - L’armée américaine est passée à l’attaque, jeudi 6 mai 2004, contre les résistants du chef chiite radical Moqtada Al-Sadr, en tuant 43 et sécurisant le siège du gouverneur de Najaf, tandis que le bilan de l’attentat suicide commis à Bagdad s’est alourdi à sept morts et 25 blessés.


Par ailleurs, un site islamiste sur l’internet a publié un message attribué à Oussama ben Laden dans lequel le chef d’Al-Qaïda offre 10 kg d’or pour le meurtre de l’administrateur américain en Irak Paul Bremer, du secrétaire général de l’ONU Kofi Annan ou de son émissaire en Irak, Lakhdar Brahimi.

Six civils ont été tués dans plusieurs affrontements armés entre la coalition et l’Armée du Mehdi, les résistants de M. Al-Sadr.

Au moins 41 de ses partisans ont été tués à l’entrée de Koufa, à une dizaine de kilomètres de Najaf dans des affrontements avec les troupes américaines, a déclaré un haut responsable militaire américain. "Tout ce dont on peut parler pour le moment, c’est de 41 morts (...) Il n’y a pas de victimes dans les rangs de la coalition", a déclaré cet officier. Quatre civils irakiens ont également trouvé la mort à Najaf et Koufa et 10 ont été blessés.

Ces affrontements ont éclaté peu après que l’administrateur américain civil en Irak Paul Bremer eut annoncé la nomination d’un gouverneur à Najaf et exigé de nouveau un désarmement de l’Armée du Mehdi.

L’armée américaine, arrivant de l’est, du côté de Koufa, et du nord, a sécurisé le périmètre du siège du gouverneur de Najaf entre les deux villes. Par haut-parleurs, les militaires américains ont demandé aux habitants du secteur de rentrer chez eux et de ne pas sortir. Ils ont perquisitionné des maisons et des tireurs d’élite se sont postés sur les toits. Adnane Al-Zirfi, un chiite originaire de Koufa qui a été un opposant à Saddam Hussein, est "l’homme de la situation", a déclaré M. Bremer.

La coalition accuse Moqtada Al-Sadr d’avoir éliminé un rival politique en 2003 et d’avoir incité aux violences qui ont fait des dizaines de tués début avril 2004 dans le sud chiite et à Bagdad.

A Kerbala, autre ville sainte chiite, des affrontements ont opposé miliciens et forces de la coalition. Un milicien y a été tué et neuf personnes ont été blessées, en majorité des civils.

Des affrontements similaires ont opposé miliciens chiites et soldats italiens près de Nassiriyah, faisant trois morts irakiens, deux civils et un résistant, a annoncé la police locale. Les accrochages ont eu lieu à Zouk al-Chouyoukh, à 30 km au sud-est de Nassiriyah, un carabinier italien a été tué.

A Bagdad, le bilan de l’attentat suicide commis tôt dans la matinée du 6 mai 2004 s’est alourdi. Sept personnes, six Irakiens et un soldat américain, outre le kamikaze, ont été tuées, selon un nouveau bilan. Vingt-trois Irakiens, dont trois policiers, ont été blessés, ainsi que deux soldats américains. L’attentat s’est produit peu avant O3h30 GMT à l’entrée du pont du 14 juillet, près de la "zone verte", un périmètre sécurisé qui abrite le siège de la coalition dirigée par les Etats-Unis. Selon le lieutenant de police Maki Khals, le conducteur de la voiture piégée aurait déclenché l’explosion près de l’entrée de la zone. "J’ai vu des employés brûlés dans leurs voitures", a-t-il dit.

Il s’agit du premier gros attentat dans la capitale irakienne depuis le 17 mars 2004, lorsqu’une voiture piégée avait fait sept morts devant l’hôtel Mont Liban.

Un peu plus tard, une bombe artisanale, apparemment destinée à un convoi américain, a explosé dans le centre-ville, blessant un automobiliste.

Par ailleurs, l’armée américaine a annoncé avoir tué dix "rebelles" dans la nuit lors de quatre opérations distinctes à Sadr City, fief de Moqtada Al-Sadr.

Enfin, l’envoyé spécial de l’ONU, Lakhdar Brahimi, est arrivé, jeudi 6 mai 2004, à Bagdad pour aider à la formation d’un gouvernement intérimaire.

Agence France Presse

Commentaire

Les pertes importantes subies par la résistance irakienne, en particulier à Najaf et Kufa, sont essentiellement dues à l’erreur stratégique qui consiste à vouloir "tenir" absolument tel pont ou tel bâtiment, face à un ennemi qui dispose d’une écrasante supériorité militaire et dont les armes sont d’autant plus efficaces que l’adversaire est plus concentré.

Si les résistants persistent à vouloir mener une guerre de positions, ils seront très rapidement décimés. Par contre, si les résistants renoncent à tenir un endroit particulier et se consacrent à des attaques imprivisibles, menées par de petits groupes très mobiles, l’occupant perdra à nouveau l’initiative des opérations.

Frank BRUNNER

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source