retour article original

jeudi 17 août 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (5ème partie) : Du 1er mai 2004 au 15 mai 2004
Reuters, 7 mai 2004

Irak : Des soldats américains témoignent de la complicité de la hiérarchie


ANTIOCH, Californie (Reuters) - Trois membres de la police militaire américaine américaine qui ont travaillé dans la prison irakienne d’Abou Ghraïb, à Bagdad, ont déclaré, jeudi 6 mai 2004, avoir été témoins de sévices infligés à des prisonniers qui, selon eux, étaient monnaie courante.


"Il est fréquent que l’on maltraite les prisonniers", affirme le sergent Mike Sindar, un membre de la Garde nationale affecté à la 870e compagnie de la police militaire, dans la baie de San Francisco.

"J’ai assisté souvent à des passages à tabac. Les gens avaient tellement de colère rentrée, tellement d’agressivité en eux."

Le traitement infligé aux prisonniers irakiens de la prison d’Abou Ghraïb par leurs geôliers américains, rendu public par la diffusion de photographies, a suscité l’indignation internationale.

Six soldats officiant en Irak ont été inculpés dans cette affaire et le président américain George Bush a présenté des excuses publiques, jeudi 6 mai 2004, à ce sujet.

Plusieurs membres de la 870e compagnie de la police militaire revenus depuis en Californie soulignent que les photographies ne représentent qu’une partie des mauvais traitements infligés à des prisonniers.

Sadisme

"Il n’y avait pas que ces six personnes", ajoute Sindar, qui est âgé de 25 ans. "Oui, les passages à tabac sont monnaie courante."

Selon Ramone Leal, 25 ans lui aussi, une femme de son unité a tiré avec un lance-pierres dans une foule de prisonniers, blessant l’un d’entre eux. Un autre groupe de soldats a poussé un adolescent de 14 ans à terre à son arrivée dans la prison, puis lui a tordu le bras.

"Les soldats riaient d’eux", a déclaré Neal à Reuters. "J’ai vu d’autres soldats se défouler sur les prisonniers."

Jusque récemment les prisonniers arrivaient à Abou Ghraïb avec des os cassés, laissant penser qu’ils avaient été maltraités, ajoute Neal, selon qui cette pratique a pris fin en janvier ou en février.

Un sergent de leur unité a en outre été réprimandé, en 2003, après avoir maintenu à terre un détenu qu’il a invité d’autres soldats à rouer de coups, selon Leal et Sindar.

Ils affirment en outre avoir vu des détenus dont les cagoules portaient des slogans moqueurs tels que : "J’ai essayé de tuer un Américain, mais maintenant je suis en prison."

Des photographies obtenues par Reuters montrent des soldats américains en train de regarder à l’intérieur de sacs où se trouvent les cadavres de trois prisonniers irakiens tués par des membres de la 870e compagnie lors d’une mutinerie survenue dans la prison, à l’automne 2003. L’un des clichés montre un homme barbu au front à moitié arraché par une balle.

"Nous étions attaqués en permanence, (...) beaucoup d’entre nous avaient des problèmes, nos proches souffraient de dépression", explique Dave Bischell, lui aussi membre de la police militaire. "Tout cela explique la psychologie des soldats, leur stress."

Selon plusieurs soldats, lors de l’enquête menée il y a plusieurs mois sur les allégations de mauvais traitements, les enquêteurs ont prévenu les troupes une semaine à l’avance avant de mener des perquisitions. "Cela vous montre à quel point ils étaient coulants sur la discipline", estime Leal.

Reuters

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source