retour article original

jeudi 22 juin 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (5ème partie) : Du 1er mai 2004 au 15 mai 2004
AP, 7 mai 2004

Torture des prisonniers irakiens : Le Comité international de la croix-rouge (CICR) dénonce "un système ; pas des cas isolés"


Le siège du Comité international de la croix-rouge (CICR), à Genève

GENEVE (AP) - Le Comité international de la croix-rouge (CICR) a expliqué, vendredi 7 mai 2004, avoir mis en garde il y a déjà plus d’un an, peu après le début de l’invasion de l’Irak, les responsables américains sur les sévices infligés aux prisonniers.

L’entrée de la prison d’Abou Ghraib


"Nos découvertes ont été discutées à différents moments entre mars et novembre 2003, en face-à-face directs ou lors d’interventions écrites", a précisé Pierre Kraehenbuehl, directeur des opérations du CICR.

Certains de ces actes étaient "assimilables à de la torture", et en claire violation des textes internationaux, a-t-il ajouté au cours d’une conférence de presse.

Il ne s’agissait pas d’actes isolés, et les problèmes n’étaient pas limités à la seule prison d’Abou Ghraïb : "Nous avions affaire à un vaste schéma, pas à des actes individuels. C’était un schéma et un système".

Des prisonniers irakiens contraints, par leurs tortionnaires américains, à se livrer, ensemble, à des actes sexuels

Il a également confirmé l’authenticité d’un rapport du CICR aux autorités américaines, publié vendredi 7 mai 2004 dans le "Wall Street Journal", mais a refusé d’en dire plus. Selon le journal, ce rapport décrit sur 24 pages certains des agissements à la prison d’Abou Ghraïb près de Bagdad : des prisonniers gardés sans vêtements aucun dans le noir total dans des cellules vides, des hommes obligés à parader en sous-vêtements féminins...

Selon ce rapport, les forces de la coalition auraient également tiré sur des prisonniers désarmés depuis les miradors, tuant certains d’entre eux.

Vu depuis un mirador, un groupe d’Irakiens assis en plein soleil, à la prison d’Abou Ghraib

A Bassorah enfin, le rapport fait état de l’arrestation de neuf hommes, si sévèrement battus que l’un d’entre eux en est mort.

Des résistants irakiens attaquent l’occupant à coups de cocktails molotov, à Bassora, le 22 mars 2004

Les informations obtenues "laissent penser que les mauvais traitements envers des personnes privées de leur liberté n’étaient pas des cas exceptionnels et pourraient être considérés comme une pratique tolérée" par les forces de la coalition, selon ce rapport, cité par le journal.

En Afghanistan, un Taliban, capturé à l’instant par des membres de l’Alliance du Nord (alliée aux Etats-Unis) est aussitôt mutilé à coups de poignard, puis abattu

Le rapport a été envoyé aux Etats-Unis en février 2004, mais ne faisait que résumer les informations fournies aux autorités américaines pendant toute l’année, a ajouté M. Kraehenbuehl.

En Afghanistan, un Taliban, capturé à l’instant par des membres de l’Alliance du Nord (alliée aux Etats-Unis) est aussitôt mutilé à coups de poignard, puis abattu

Il a confirmé qu’il y avait "aussi des problèmes" dans les prisons britanniques en Irak, mais s’est refusé à en dire plus, aucun rapport du CICR concernant les Britanniques n’ayant fait l’objet de "fuites".

En Afghanistan, un Taliban, capturé à l’instant par des membres de l’Alliance du Nord (alliée aux Etats-Unis) est aussitôt mutilé à coups de poignard, puis abattu

En vertu des Conventions de Genève de 1949 régissant le droit de la guerre, le CICR, dans le respect de la neutralité, est chargé de rendre visite aux prisonniers et de garantir que les Etats respectent leurs obligations.

Prisonniers dans un avion militaire américain à destination de Guantanamo

M. Kraehenbuehl a écarté les suggestions selon lesquelles si le CICR avait rendu ces faits publics, ils auraient pu être stoppés. "Parler plus ne veut pas dire pour l’instant que vous protégez mieux les gens. Notre valeur est de soutenir ces prisonniers, d’être proches d’eux, d’intervenir en leur faveur. Parfois nous réusssissons, parfois nous échouons", a-t-il dit.

Associated Press

Le cadavre d’un prisonnier irakien

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source