retour article original

vendredi 26 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption en Polynésie française
Reuters, 9 décembre 2009

Corruption : Gaston Flosse condamné pour des emplois fictifs en Polynésie française

par Daniel PARDON et Danielle ROUQUIE


Le sénateur Gaston Flosse a été condamné, mardi 8 décembre 2009, à rembourser 1,9 million d’euros dans le cadre d’une affaire concernant quatorze dossiers d’emplois fictifs. Le sénateur non inscrit, actuellement en détention provisoire pour une autre affaire, a en outre été condamné à verser quatorze amendes (une par dossier) pour un montant de 96790 euros. Il a annoncé, par l’intermédiaire de son avocat, son intention de faire appel de cette décision de la Chambre territoriale des comptes.


La Chambre territoriale des comptes (CTC) avait étudié les dossiers de différents emplois fictifs le 2 novembre 2009. Entre 1996 et 2004, alors qu’il était président de la Polynésie française, Gaston Flosse, sous couvert de "contrats cabinet", avait rémunéré un certain nombre de proches, des hommes politiques, mais également des syndicalistes. Parmi les hommes politiques concernés, figurent les deux actuels députés de la Polynésie française, Michel Buillard, député-maire de la ville de Papeete, et Bruno Sandras, député-maire de la ville de Papara. Michel Buillard devra rembourser conjointement plus de 87000 euros et Bruno Sandras près de 230000 euros. Les deux élus ont en outre été condamnés à une amende. Le vice-président du gouvernement de la Polynésie française, Edouard Fritch, gendre de Gaston Flosse, devra rembourser un peu plus de 61000 euros. Le secrétaire général d’une centrale syndicale polynésienne, Cyril Legayic, est condamné à rembourser plus de 333000 euros.

Daniel PARDON et Danielle ROUQUIE

AUTEURS 

  • Daniel PARDON et Danielle ROUQUIE

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source