retour article original

vendredi 28 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (5ème partie) : Du 1er mai 2004 au 15 mai 2004
AFP, 8 mai 2004

Irak : combats entre résistants chiites et soldats britanniques à Bassorah

Suivi d’un commentaire


BAGDAD (AFP) - Des heurts ont opposé, samedi 8 mai 2004, des soldats britanniques à des résistants du chef chiite radical Moqtada Sadr à Bassorah et Amara, dans le sud de l’Irak, au cours desquels cinq résistants ont été tués et trois soldats blessés, selon des sources hospitalières et militaires.


Des dizaines de résistants armés de lance-roquettes, de Kalachnikovs et de grenades arpentaient en fin de matinée plusieurs districts de Bassorah et les routes principales de la ville, prenant le contrôle de celle menant aux provinces du nord. Les soldats britanniques étaient pour leur part déployés un peu partout dans la ville et notamment au siège du gouvernorat.

Tôt le matin, des affrontements ont éclaté avec les soldats britanniques dans la ville faisant deux morts parmi les miliciens, a indiqué un porte-parole militaire britannique à Bagdad, John Arnold. Un troisième a été capturé alors qu’un soldat britannique a été légèrement blessé, a ajouté le porte-parole.

Les heurts ont suivi deux attaques des miliciens aux roquettes antichar et à l’arme légère contre des patrouilles britanniques dans le centre de Bassorah et près d’un bâtiment des anciens renseignements militaires dans le nord-ouest de la ville.

Après ces attaques et les affrontements, les troupes britanniques ont mené un raid vers 10h00 locales (6h00 GMT) contre le bureau de Moqtada Sadr à Bassorah, qui était alors vide.

La veille, la milice de Moqtada Sadr, dont 20 membres ont été tués lors d’accrochages avec les forces d’occupation, a été appelée à évacuer Najaf par le représentant d’un autre courant chiite, associé au pouvoir provisoire mis en place par les Américains.

Au nord de Bagdad, trois civils irakiens, deux femmes et un homme, membres d’une même famille, ont été tués dans un attentat à la bombe contre la maison d’un policier dans une localité proche de Baaqouba, a annoncé samedi la police.

Cinq cents personnalités irakiennes de divers horizons politiques, non représentées au sein du Conseil de gouvernement mis en place par les Etats-Unis, ont par ailleurs entamé, samedi 8 mai 2004, à Bagdad, un congrès destiné à élaborer une plate-forme commune pour mettre fin à l’occupation. "Nous nous réunissons pour élaborer une plate-forme commune et rédiger un pacte destinés à mettre fin à l’occupation", a déclaré un membre de la commission préparatoire Abdallah Hayali.

Les participants, dont de nombreuses femmes, appartiennent à sept courants et organisations sunnites, chiites modérés et nationalistes arabes. Les travaux doivent durer une seule journée, selon les participants. Dès l’ouverture des travaux, des religieux sunnites, chiites originaires de Bagdad, de la ville sainte de Najaf et du Kurdistan ont annoncé la formation d’un comité, appelé le Groupe unifié des oulémas irakiens.

Alors que les Etats-Unis sont en très grande difficulté pour stabiliser le pays à sept semaines du transfert de pouvoirs aux Irakiens, le secrétaire d’Etat américain Colin Powell a réaffirmé l’objectif de parvenir à un transfert comme prévu le 30 juin 2004, que Washington voudrait appuyer par une nouvelle résolution du Conseil de sécurité de l’ONU. Il a souhaité que cette résolution permette d’aider à surmonter cette mauvaise passe en incitant davantage de pays à envoyer des troupes en Irak.

L’envoyé spécial de l’ONU, Lakhdar Brahimi, se trouve actuellement à Bagdad pour aider à la formation d’un gouvernement intérimaire d’ici au 30 juin 2004.

Vendredi 7 mai 2004, un journaliste vedette polonais Waldemar Milewicz et son monteur d’origine algérienne Mounir Bouamrane ont été tués par des tirs d’inconnus à Latifiya, près de Bagdad, alors qu’ils roulaient vers le sud.

Agence France Presse

Commentaire

On rappellera que le prétendu "transfert de souveraineté aux Irakiens" n’est qu’un mensonge supplémentaire des Américains et de leurs alliés.

En réalité, il ne s’agit que de remplacer un gouvernement potiche par un autre gouvernement potiche à la botte de l’occupant. Car les troupes d’occupation sont censées demeurer perpétuellement en Irak, afin de s’assurer que Wall Street pourra continuer de mettre le pays en coupe réglée.

Pour le peuple irakien, le prétendu "transfert de souveraineté" ne changera absolument rien. Les Irakiens seront toujours exposés aux arrestations arbitraires, à la détention arbitraire, à la torture et aux massacres dont l’occupant est coutumier.

Dans ces circonstances, il n’est pas surprenant que les résistants irakiens poursuivent la lutte. La résistance conservera sa raison d’être aussi longtemps que des troupes étrangères demeureront en Irak et ne s’achèvera pas avant que le dernier occupant ait été chassé ou tué.

Frank BRUNNER

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source