retour article original

dimanche 28 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Egypte
AFP, 8 mai 2004

Egypte : Irak et Proche Orient au menu de la conférence du Caire


Le delta du Nil et la Méditerranée orientale

LE CAIRE (AFP) - L’Irak, notamment le scandale lié aux sévices infligés par des soldats américains à des prisonniers, ainsi que le conflit israélo-palestinien ont dominé le premier jour de la conférence des ministres des Affaires étrangères arabes, qui s’est ouverte, samedi 8 mai 2004, au Caire.

Vue du Caire


Selon le secrétaire général de la Ligue arabe Amr Moussa et le ministre des Affaires étrangères jordanien Marwan Moasher, les ministres doivent aborder, dimanche 9 mai 2004, la question épineuse des réformes démocratiques dans le monde arabe, qui avait fait avorter le sommet prévu à Tunis fin mars 2004.

M. Moasher a qualifié de "calmes et fructueuses" les discussions de la journée.

Le ministre des Affaires étrangères irakien Hoshyar Zebari a "été clair dans sa condamnation et sa colère" contre les sévices infligés par des soldats américains en Irak, a déclaré pour sa part M. Moussa.

M. Moussa, qui s’est surtout employé à se dérober aux questions de la presse, a ajouté que les pays arabes resteraient "engagés aux côtés du peuple irakien juqu’à ce que celui-ci recouvre la souveraineté".

Amr Moussa

Selon un diplomate arabe de haut rang, M. Zebari a présenté à ses pairs et aux chefs des délégations arabes des photos témoignant des sévices infligés aux détenus irakiens par des soldats américains. Le ministre irakien (qui avait condamné "avec force ces pratiques" le 3 mai 2004) a déclaré pendant cette présentation que "ce qui s’est passé est encore plus horrible que ce que les photos ont révélé", a indiqué ce diplomate.

Hoshayr Zebari

Concernant la question palestinienne, M. Moasher a souligné que le président américain George W. Bush avait adressé au souverain jordanien Abdallah 2 une lettre lui assurant que les questions relevant du statut final des territoires palestiniens, comme ceux des réfugiés ou des frontières définitives du futur Etat palestinien, seraient tranchées par des négociations entre "les seules parties concernées".

Pendant un raid terroriste israélien à Deir Al Balah, un Palestinien grimpe sur l’un des tanks de l’occupant, le 5 mai 2004

M. Moasher a opposé les assurances américaines adressées à la Jordanie aux garanties américaines en faveur d’Israël revendiquées par le Premier ministre israélien Ariel Sharon. "Nous devons bâtir sur les assurances américaines exprimées au roi de Jordanie pour relancer le processus de paix", a-t-il dit, alors que la presse égyptienne a publié, samedi 8 mai 2004, des propos de M. Bush remettant en cause l’échéance de 2005 retenue pour la création d’un Etat palestinien aux termes de la Feuille de route.

Pendant un raid terroriste israélien à Deir Al Balah, le 5 mai 2004, un second Palestinien rejoint le premier sur le tank

La réunion du Caire doit aussi permettre de fixer la date définitive de la tenue du sommet annuel arabe, prévu à Tunis en principe pour la fin mai, et qui remplacera celui prévu initialement fin mars 2004 et qui avait été reporté unilatéralement par la Tunisie.

Pendant un raid terroriste israélien à Deir Al Balah, le 5 mai 2004, un second palestinien a rejoint le premier sur le tank de l’occupant. Le premier Palestinien s’efforce de démonter la mitrailleuse du tank

Les dates avancées pour le prochain sommet sont les 22 et 23 mai 2004, mais, selon des participants, certains pays craignant la "répétition du scénario catastrophe de mars", ont souhaité que la date définitive ne soit pas fixée "avant que les ministres ne se soient mis d’accord sur les projets de résolutions qu’ils doivent soumettre aux chefs d’Etat".

Evacuation d’un Palestinien blessé par les tirs de l’occupant, pendant le raid terroriste israélien à Deir Al Balah, le 5 mai 2004

Selon des participants, la Tunisie avait notamment motivé sa décision par le fait que les projets de résolutions sur les réformes démocratiques dans le monde arabe, qui devaient être présentées aux chefs d’Etats, étaient trop timides et ne correspondaient pas aux attentes arabes.

Mohammed Hnedig, 85 ans, assis devant les décombres de sa maison, détruite à l’occasion d’un raid terroriste israélien contre Khan Younis, le 5 mai 2004

Les délégations à la conférence du Caire ont été limitées à quatre membres et seuls les experts de la Ligue arabe ont été autorisés à suivre les travaux. Selon un porte-parole de la Ligue, le secret a été décidé pour limiter les "fuites", mieux contrôler les informations sur les travaux et "prévenir toute confusion".

Le report du sommet de mars avait provoqué le désarroi parmi les délégations et dans les pays arabes.

L’Egypte avait réagi promptement en se proposant d’accueillir un autre sommet, mais, à la suite de longues et délicates tractations, Tunis avait été finalement confirmée pour recevoir la conférence des chefs d’Etats arabes fin mai 2004.

Agence France Presse

Le QG de l’Autorité palestinienne, à Ramallah, le 6 mai 2004

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source