retour article original

dimanche 23 avril 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Guinée
Reuters, 7 janvier 2010

Guinée : Sékouba Konaté offre le poste de Premier ministre à l’opposition

par Saliou SAMB et Eric FAYE


Des enfants jouent devant le stade du 28 septembre, à Conakry, le 11 décembre 2009

Le numéro deux de la junte guinéenne, le ministre de la Défense, Sékouba Konaté, s’est engagé, mercredi 6 janvier 2010, à initier le retour à un gouvernement civil, et a annoncé qu’il faudrait au chef de la junte, le capitaine Moussa Dadis Camara, encore du temps pour se rétablir après la tentative d’assassinat dont il a été victime le 3 décembre 2009.

Guinée


Moussa Dadis Camara et les autres membres de la junte ont été vivement condamnés par la communauté internationale, après la répression d’une manifestation d’opposition, dans un stade de Conakry, qui s’est soldée par la mort de plus de 150 personnes, le 28 septembre 2009. Moussa Dadis Camara, qui a pris le pouvoir, en décembre 2008, à la mort du président, Lansana Conté, n’a pas été vu en public depuis qu’il a été évacué vers le Maroc pour y subir un traitement médical, après la tentative d’assassinat menée contre lui par son aide de camp, le 3 décembre 2009. Sékouba Konaté s’est rendu au chevet de Moussa Dadis Camara cette semaine, à l’hôpital, et a eu des entretiens avec des diplomates américains et français qui se sont employés à le persuader de permettre le retour à un pouvoir civil en Guinée, en l’absence de Moussa Dadis Camara.

Moussa Dadis Camara

Les déclarations de Sékouba Konaté, dans une allocution à la télévision nationale guinéenne, sont le signe le plus évident à ce jour montrant que l’avenir politique de Moussa Dadis Camara est compromis. "Sa vie n’est pas en danger, mais il faut du temps et de la patience et un suivi médical pendant un certain temps, pour qu’il se rétablisse", a dit Sékouba Konaté. "Il nous faut poser des actes allant dans le sens de l’apaisement, de l’unité de tous les Guinéens, de la refondation de notre Etat et notre système politique", a-t-il dit. "Pour ce faire, et conformément aux accords de Ouagadougou, nous décidons, à partir de l’instant, du choix d’un Premier ministre issu de l’opposition désigné par elle-même, qui engagera avec l’ensemble des structures politiques et sociales du pays des discussions en vue de la mise en place d’un gouvernement de transition d’union nationale", a-t-il ajouté. Sékouba Konaté a dit, mercredi 6 janvier 2010, attendre d’un futur gouvernement de transition qu’il décide d’une nouvelle date de tenue des élections, initialement prévues pour ce mois-ci, mais reportées par la crise politique. "La chose la plus importante est de rétablir la confiance entre le gouvernement et les gouvernés", a-t-il dit. Si l’on ignore dans quelle mesure Sékouba Konaté remplacera ou non Moussa Dadis Camara dans un gouvernement de transition, il assure qu’il ne s’accrochera pas au pouvoir : "Je n’hésiterai pas un moment à démissionner si j’ai l’impression que je prêche dans le désert et vais à l’encontre de l’histoire et de la volonté du peuple", a-t-il dit dans son allocution.

Sékouba Konaté

Parmi les possibles candidats au poste de Premier ministre, dans les rangs de l’opposition, figurent Jean-Marie Doré, François Lonceny Fall et Sidya Touré. Comme Moussa Dadis Camara, Jean-Marie Doré est originaire de la Guinée forestière, région où vivent plusieurs minorités ethniques qui, de longue date, s’estiment sous-représentées dans les instances du pouvoir. Un dirigeant de l’opposition, Oury Bah, a salué les annonces faites par Sékouba Konaté, mais a estimé que le succès d’un gouvernement de transition dépendrait des pouvoirs dévolus au Premier ministre. "L’important n’est pas le choix de la personne. Ce qui est fondamental, c’est le mandat, les pouvoirs et les responsabilités du nouveau Premier ministre", a dit Oury Bah, membre éminent de l’UFDG (Union des forces démocratiques de Guinée).

Saliou SAMB et Eric FAYE

Jean-Marie Doré

AUTEURS 

  • Saliou SAMB et Eric FAYE

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source