retour article original

dimanche 4 décembre 2016
Vous êtes ici Accueil Le lobby juif
Reuters, 26 janvier 2010

Le lobby juif : Psychodrame pour les vérités d’un évêque polonais

Suivi d’un commentaire

par Philip PULLELA, Gareth JONES, Gaby BACZYNSKA, Tom HENEGHAN et Philippe BAS-RABERIN


L’évêque polonais Tadeusz Pieronek suscite des remous après la publication de propos par lesquels il affirme que les juifs se sont "approprié" l’Holocauste comme une "arme de propagande", mais il a démenti avoir parlé à ce sujet d’une "invention juive".


Mercredi 27 janvier, sera célébré le 65e anniversaire de la libération du camp d’extermination nazi d’Auschwitz. Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, le président polonais, Lech Kaczynski, et de nombreux ministres européens seront présents aux commémorations qui y sont prévues. Les déclarations de Mgr Pieronek, qu’ont dénoncées des dirigeants juifs de Pologne et d’autres pays, ont été diffusées sur le site catholique italien www.pontifex.roma.it. Tadeusz Pieronek, ancien secrétaire de la conférence épiscopale polonaise, est ensuite intervenu à la télévision polonaise pour dire qu’on avait manipulé ses propos. Il a nié en particulier une phrase qui lui faisait dire que "l’Holocauste en tant que tel est une invention juive". Il a également dit ne pas avoir "autorisé" la publication de l’interview, qui restait consultable sur le site lundi 25 janvier 2010 au soir. "Il est indéniable que le plus grand nombre des morts dans les camps de concentration étaient des juifs, mais il y a aussi sur la liste des tziganes polonais, des Italiens et des catholiques", dit-il dans l’interview. "Il n’est pas juste de s’approprier cette tragédie à des fins de propagande", dit aussi Tadeusz Pieronek, ajoutant que des journées commémoratives devraient être consacrées aux "victimes du communisme, aux catholiques, aux chrétiens persécutés et ainsi de suite". "Mais eux, les juifs, bénéficient d’une bonne presse, parce qu’ils sont soutenus par de puissants moyens financiers (...) et l’appui inconditionnel des Etats-Unis, ce qui favorise une certaine arrogance que je trouve insupportable", poursuit l’évêque polonais à la retraite.

Leone Passerman, ex-président de la communauté juive de Rome qui figurait parmi ceux qui ont accueilli le pape, Benoît 16, à la synagogue de Rome, le 17 janvier 2010, s’est dit "totalement scandalisé par ces commentaires, tout particulièrement s’ils émanent d’un membre de la hiérarchie ecclésiastique". Piotr Kadlcik, président de la communauté juive de Pologne qui était la plus importante d’Europe avant la Seconde Guerre mondiale, a exprimé l’espoir que cette nouvelle controverse ne porte pas préjudice aux commémorations prochaines de la Shoah. "Cela a provoqué des commentaires très durs des deux parties et cela montre à quel point le dialogue entre les deux religions est fragile, ce qui est vraiment préoccupant", a-t-il dit. De son côté, le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) a dénoncé les "propos ignobles" de l’évêque polonais, tout en disant garder confiance quant à la poursuite du dialogue judéo-catholique. Aux Etats-Unis, le Rassemblement des survivants de l’Holocauste et de leurs descendants a jugé les propos de Tadeusz Pieronek "grotesques".

Philip PULLELA, Gareth JONES, Gaby BACZYNSKA, Tom HENEGHAN et Philippe BAS-RABERIN

Commentaire

Les propos de Tadeusz Pieronek sont parfaitement exacts. Alors que la Seconde guerre mondiale a fait plus de 50 millions de morts et que les juifs étaient des persécutés parmi bien d’autres, ils ne s’intéressent qu’aux victimes juives et, à les entendre, on pourrait croire que seuls les juifs ont été persécutés par les nazis.

Aussitôt après la fin de la Seconde guerre mondiale, l’holocauste est devenu un fonds de commerce pour les sionistes, afin de "victimiser" les terroristes juifs opérant en Palestine et justifier l’émigration massive de juifs européens vers ce pays, malgré l’opposition de la population locale et des pays arabes. Depuis, le fonds de commerce de l’holocauste a été exploité afin de "justifier" l’oppression juive sur les Palestiniens.

On constate, une fois de plus, que le lobby juif, dénué du plus élémentaire respect pour la liberté d’expression des non-juifs, s’efforce d’interdire toute critique des juifs, aussi justifiée puisse-t-elle être, et s’empresse de calomnier quiconque exprime de telles critiques. En l’occurrence, on s’est efforcé de faire passer Tadeusz Pieronek pour un négationniste. C’est ce même lobby juif qui soutient le terrorisme d’Etat israélien, finance la colonisation de la Cisjordanie et mène des campagnes islamophobes à travers les médias du monde entier. Chacun peut ainsi apprécier ses airs moralistes et ses leçons de politiquement correct à leur juste valeur.

Quant au "dialogue judéo-catholique", il ne s’agit que d’une fumisterie. Les juifs s’efforcent de manipuler l’Eglise catholique -et plus largement les chrétiens- dans leur intérêt à eux, mais il n’y a absolument rien à attendre de leur part. La religion juive est foncièrement raciste et considère les non-juifs comme des sous-hommes. Le but des juifs est de créer dans le monde entier une situation similaire à celle dont ils bénéficient aux Etats-Unis où les diverses églises et sectes chrétiennes soutiennent le lobby juif et la politique israélienne.

Frank BRUNNER

AUTEURS 

  • Philip PULLELA, Gareth JONES, Gaby BACZYNSKA, Tom HENEGHAN et Philippe BAS-RABERIN

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source