retour article original

lundi 24 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Corruption Corruption au Guatemala
AP, 27 janvier 2010

Corruption : L’ancien président Alfonso Portillo a été arrêté au Guatemala


Accusée d’avoir participé à une attaque armée dans un bus avec deux complices qui ont réussi à s’enfuir, Alejandra Maria Torres a été rouée de coups, arrosée d’essence et brûlée, à Guatemala City, le 15 décembre 2009. Selon les médias locaux, 219 personnes ont été lynchées en 2009 et et 45 d’entre elles sont mortes

L’ancien président guatémaltèque Alfonso Portillo, recherché par la justice de son pays et la justice américaine, a été arrêté, mardi 26 janvier 2010, par la police. M. Portillo, 58 ans, a été appréhendé dans un ranch de la région d’Izabal, dans le nord du pays, sur intervention d’une douzaine d’agents, selon le procureur général, Amilcar Velasquez.

Guatemala


L’ancien président, au pouvoir de 2000 à 2004, fait l’objet, depuis lundi 25 janvier 2010, d’une inculpation de la justice américaine, qui lui reproche d’avoir détourné des fonds destinés à des oeuvres humanitaires, et d’avoir blanchi de l’argent. Il est également poursuivi par la justice de son pays pour détournement de fonds. Pendant les quatre ans de son mandat, avec la complicité de deux militaires de haut rang, M. Portillo aurait utilisé l’argent versé par Taiwan à des fins humanitaires (1,5 million de dollars US censés acheter des livres pour les enfants du pays) pour son propre compte. Il avait fui le Guatemala, en 2004, pour le Mexique, où il menait une carrière de conseiller financier, avant d’être extradé vers son pays, en 2008. Il était également accusé de deux homicides commis, au Mexique, en 1982, mais Alfonso Portillo n’a jamais affronté la justice dans cette affaire, et les faits sont prescrits. S’il est reconnu coupable aux Etats-Unis des faits qui lui sont reprochés, il risque vingt ans de prison. Son avocat, Telésforo Guerra, a avancé que selon la loi guatémaltèque, M. Portillo devait être jugé dans son pays avant toute éventuelle extradition. Il dénonce un "procès politique".

Associated Press

Alfonso Portillo (au centre de l’image), entouré de policiers, sur une base aérienne de Guatemala City, le 26 janvier 2010

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source