retour article original

jeudi 27 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Irak (5ème partie) : Du 1er mai 2004 au 15 mai 2004
AFP, 9 mai 2004

Crimes de guerre américains : Des prisonniers irakiens relâchés racontent leur calvaire à Abou Ghraib


Khayrull Al Alkinzawi, âgé de 65 ans, a été arrêté peu après l’invasion de l’Irak et livré aux tortionnaires américains de la prison d’Abou Ghraib

D’anciens détenus irakiens de la prison d’Abou Ghraib, près de Bagdad, ont raconté les sévices qu’ils ont endurés après s’être reconnus sur des photos qui ont fait le tour du monde, rapporte, dimanche 9 mai 2004, le magazine Time.

Un Irakien montre comment il était traité à la prison d’Abou Ghraib


Haider Sabbar Abed al-Abbadi raconte que lui et six autres prisonniers pensent avoir été punis parce qu’ils étaient impliqués dans une petite bagarre. On les a fait entrer dans une salle et on leur a déchiré leurs vêtements, dit-il.

Il affirme au Time être l’homme nu, la tête recouverte d’une cagoule, dont les parties génitales sont désignées du doigt par une soldate américaine. Il s’agit de Lynndie England, 21 ans, vue sur plusieurs photos. Elle a notamment tenu en laisse un Irakien nu dans la prison d’Abou Ghraib, un acte pour lequel elle a été inculpée, vendredi 7 mai 2004, de mauvais traitement à un prisonnier.

Une tortionnaire américaine mime l’exécution d’un Irakien, à la prison d’Abou Ghraib

Haider Sabbar Abed al-Abbadi dit également qu’il a été photographié alors qu’il est au sommet d’une pyramide de détenus irakiens, sous le regard de soldats américains hilares.

Des tortionnaires américains posent fièrement avec leurs esclaves irakiens, à Abou Ghraib

Sur une autre photo, il dit être vu en compagnie d’un autre prisonnier irakien à genoux devant lui. "J’ai senti une bouche se refermant sur mon pénis. Ce n’est que lorsqu’ils ont retiré la cagoule que j’ai vu que c’était mon ami", dit-il. M. al-Abbadi explique qu’il pouvait voir les flashs des appareils photo à travers la cagoule. A l’issue de neuf mois de détention, il dit ne pas avoir été inculpé ni même interrogé.

Des prisonniers irakiens contraints, par leurs tortionnaires américains, de se livrer, ensemble, à des actes sexuels, à Abou Ghraib

Nabil Shakar Abdul Razaq al-Taiee, 54 ans, raconte au Time qu’il a vu des soldats américains battre des prisonniers en mars 2004. L’un des prisonniers tabassés était un homme mentalement fragile, emprisonné dans un conteneur pendant plusieurs jours.

Un autre homme, Mohammed Unis Hassan, 24 ans, explique avoir été arrêté alors qu’il pillait une banque, en juillet 2003, et avoir été incarcéré pendant sept mois. Il raconte avoir vu un garde américain avoir régulièrement des relations sexuelles avec une prisonnière irakienne. Mohammed Unis Hassan relate avoir été battu pour avoir caché des cigarettes et qu’il a été menotté aux barreaux de sa cellule. Il a reçu un coup dans l’oeil si violent que sa vision a été trouble pendant trois mois.

Le cadavre d’un Irakien mort en prison

Waleed Sabih al-Delami raconte qu’à trois reprises il a été suspendu à une grosse patère, ses pieds ligotés et ses mains attachées derrière le dos. "Avec un bâton, ils enroulaient la corde et me soulevaient du sol", dit-il au magazine.

L’article du Time intervient au moment de la publication par le magazine New Yorker d’une nouvelle photo des sévices infligés à des détenus irakiens, montrant un homme nu terrorisé par deux chiens tenus en laisse par des soldats américains.

Agence France Presse

Scène de torture à la prison d’Abou Ghraib

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source