retour article original

lundi 24 juillet 2017
Vous êtes ici Accueil Informations internationales Afrique Côte d’Ivoire
Le Monde, 12 février 2010

Côte d’Ivoire : A Bouaké, les "Com-zones" règnent en seigneurs

par Christophe CHATELOT


D’anciennes rebelles préparent de l’attiéké, à Bouaké, le 27 mai 2009

Le drapeau ivoirien flotte de nouveau sur la préfecture de Bouaké, la "capitale" rebelle située à 350 km au nord d’Abidjan. Dans la chaleur étouffante de ce début février 2010, l’atmosphère est plombée et le bâtiment plongé dans la léthargie. "L’important c’est le symbole, de montrer que l’Etat est de retour", reconnaît Traoré Vassiriki, secrétaire général de cette préfecture fantomatique. Car trois ans après sa signature, l’accord politique de Ouagadougou (APO) qui devait réunifier la Côte d’Ivoire, coupée en deux par la rébellion née au nord, en 2002, n’y est pas parvenu. D’Abidjan, le président, Laurent Gbagbo, ne contrôle que le sud. Au nord, les ex-rebelles des Forces nouvelles (FN) sont enracinés. Ce bicéphalisme persistant a provoqué le report -à cinq reprises déjà- de l’élection présidentielle. Et plus personne ne croit à la tenue du scrutin en mars 2010.

Côte d’Ivoire


Officiellement, la "zone de confiance" qui séparait physiquement le nord et le sud a pourtant été démantelée. L’ex-chef de la rébellion, Guillaume Soro, a été nommé, en 2007, premier ministre par son ancien adversaire, Laurent Gbagbo. Mais dans sa préfecture de Bouaké, comme partout au nord, Traoré Vassiriki doit se contenter de "symboles". Le pouvoir réel se trouve à trois cents mètres de son parking désert, à l’Infas, un ancien centre de formation des professions de santé devenu le siège des Forces nouvelles. Allers, venues, agitation, ballet de puissants véhicules tout-terrain... Ici, on travaille. En ce dimanche 31 janvier 2010, les dix "Com-zones" du pays -sanglés dans leurs uniformes camouflés et repassés, coiffés d’un béret rouge, bleu, vert ou noir simulant une vraie armée- y sont réunis en conclave. Ces commandants des Forces armées des forces nouvelles (FAFN) qui menèrent la rébellion, en 2002, contre le pouvoir central d’Abidjan, sont avec leurs milices les véritables maîtres du terrain. Toute la partie centre nord-ouest (CNO) de Côte d’Ivoire (60 % du pays, 30 % des Ivoiriens) est sous la coupe de Cherif Ousmane dit "guépard", Ouattara Zoumana, alias Wattao et autres seigneurs de guerre. Sous-officiers bodybuildés au début de la rébellion, les dix "Com-zones" règnent aujourd’hui en maîtres, qui ne se lassent pas de piller leurs domaines. "Ils contrôlent les précieuses ressources naturelles et le commerce", dénonce le dernier rapport d’évaluation de l’ONU, remis, en décembre 2009, au Conseil de sécurité. Les experts y décrivaient notamment "une économie de type féodal" tenue par les "Com-zones". Sécurité, circulation des marchandises, coton, cacao, diamant, essence et armement, rien ne leur échappe. Pas une taxe ne rentre dans les caisses d’Abidjan. Tout comme les paris de la Loterie nouvelle de Côte d’Ivoire (Lonci), version nordiste de la Lonaci abidjanaise. "L’argent va au Burkina Faso, au Mali ou dans des paradis fiscaux", explique un haut responsable de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (Onuci). Il n’y a guère que le slogan écrit sur les murs du lycée de jeunes filles fraîchement repeint et rouvert grâce à l’aide internationale pour proclamer "la Côte d’Ivoire, unie à jamais". "Et non ! Nous avons braqué le nord et nous ne le lâcherons pas", rectifie en souriant un cadre des FN. "Les élections, la réunification, le désarmement, tout cela c’est du cirque. Les affaires sont trop bonnes", ajoute-t-il. Ce trentenaire gère l’un des corridors partant de Bouaké où passent plus de 500 camions par semaine. "Cumulés, les péages aux différents barrages des FN me coûtent jusqu’à 100000 francs CFA (environ 170 euros) par semi-remorque", calcule un industriel. "Le coût de la tonne transportée est l’un des plus élevés au monde", confirme Jean-Louis Billon, puissant homme d’affaires ivoirien.

Cherif Ousmane

A quelques carrefours de la ville, des policiers des Forces nouvelles règlent tout aussi vainement qu’à Abidjan une circulation chaotique. Et rackettent les conducteurs pour moins cher que dans la capitale économique rongée par la corruption. Cherif Ousmane -et non les casques bleus pakistanais de l’Onuci déployés dans la ville- a aussi remis de l’ordre dans ses troupes de volontaires qui ne gagnaient leur vie qu’en terrorisant la ville. Mais on ne peut pas parler d’administration. Les fonctionnaires qui avaient fui les combats ne sont d’ailleurs revenus qu’au compte-gouttes. Et surtout, le désarmement des milices -6000 hommes, selon les Forces nouvelles-, leur casernement ou leur intégration dans le Centre de commandement qui associe l’état-major loyaliste et celui des ex-rebelles sont illusoires. "Nous attendons l’argent d’Abidjan pour rénover les quatre casernes", se justifie le "Com-zone" Wattao. "Nous désarmons mais, en fait, nous avons encore nos armes", ajoute-il, elliptique, le regard dissimulé derrière ses larges lunettes de soleil. Le rapport des experts de l’ONU dénonce, quant à lui, le réarmement des ex-rebelles (et aussi des forces loyalistes) au mépris de l’embargo international.

Ouattara Zoumana

Certes, à Bouaké, les habitants ordinaires ne regrettent pas de vivre dans une zone franche où l’eau et l’électricité sont gratuites. "A Abidjan, c’est le désordre, mais à Bouaké c’est le non-droit et l’arbitraire", résume un militant des droits de l’homme. Le temps de l’union sacrée est d’ailleurs révolu. "C’est de plus en plus dur pour tous les Ivoiriens (49 % vivent avec moins d’un dollar par jour). Mais moi, je vis ici, et je vois les "Com-zones" pleins aux as. Et nous, nous ne voyons pas la couleur de l’argent", se lamente Fanta. Inscrite dans un programme de réinsertion des anciens combattants financé par la coopération allemande, la GTZ, cette ex-rebelle à la carrure de catcheuse est déçue. "J’ai fait le coup de feu pour un idéal, confie-t-elle. Je suis allée à la baston". "Mais cet idéal a disparu depuis longtemps", regrette-t-elle, une casquette kaki vissée sur sa tête, relique de cette époque. "On voulait chasser le régime corrompu de Laurent Gbagbo (président en fonction depuis 2000), oublier le tribalisme en donnant aussi une chance aux gens du nord marginalisés. Pour ça on a arrêté l’école, on a rejoint les "Com-zones". Maintenant, on galère, alors qu’ils nous avaient promis une vie meilleure", lâche-t-elle. "Aucune des parties n’a intérêt à reprendre les affrontements", juge un responsable de l’Onuci. Mais pour Fanta, malgré son amertume, "si ça chauffe à nouveau, j’y retourne".

Christophe CHATELOT

Une vendeuse de fruits à Bouaké, le 6 février 2010

AUTEURS 

  • Christophe CHATELOT

  • Accueil

    éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source