retour article original

jeudi 25 mai 2017
Vous êtes ici Accueil Archives Archives Iran (1ère partie) : Du 12 janvier 2004 au 23 juin 2004
AFP, 10 mai 2004

Iran : Hachem Aghajari refuse de faire appel contre sa condamnation à mort


Vue de Teheran

Le dissident iranien Hachem Aghajari, condamné à mort pour apostasie, a mis au défi la justice "d’appliquer sa peine", a déclaré sa femme Zahra Behnoudi, citée, lundi 10 mai 2004, par l’agence Isna.

Iran


"Je refuse de signer la notification du verdict et je refuse de faire appel. Libérez-moi sans condition ou bien exécutez la peine. Je ne ferai pas appel pour vous permettre d’envoyer de nouveau mon dossier dans un labyrinthe administratif", a-t-il déclaré aux agents de la justice venus lui notifier sa condamnation à mort, a indiqué sa femme après lui avoir parlé au téléphone. Selon M. Aghajari, le verdict est daté de la deuxième quinzaine du mois d’août 2003, il y a plus de huit mois.

La prison d’Evine, à Teheran

Par ailleurs, les étudiants iraniens, à la pointe de la protestation contre la condamnation à mort du dissident, organisent, mardi 11 mai 2004, à Téhéran, leur premier rassemblement pour protester contre la confirmation de la sentence, a rapporté la presse. Les étudiants se réuniront dans un amphithéâtre de la faculté technique pour un débat à l’appel de l’Association islamique des étudiants, syndicat réformateur présent dans la plupart des universités. Selon l’Association, plusieurs militants, étudiants et politiques, ont été invités.

Un Iranien condamné à des coups de fouet

Pour sa part, le Bureau de la consolidation de l’unité (BCU), qui fédère les associations islamiques, condamne dans un communiqué "la peine honteuse et moyenâgeuse" rendue contre Hachem Aghajari. Dans sa première réaction à la confirmation de la sentence, le BCU relève que "les agissements de la justice contre la liberté au cours des derniers mois ne se sont pas bornés à la condamnation à mort de Hachem Aghajari, mais ont aussi touché des militants étudiants condamnés à de très lourdes peines, ce qui permet de penser que les théoriciens de la violence et de la dictature politique ont décidé de s’en prendre tout particulièrement à l’université". Le BCU fustige une "politique de façade" adoptée sous la pression internationale à propos des droits de l’Homme, ce qui "laisse le temps aux autorités de réprimer les forces politiques et sociales".

Manifestation d’étudiants en Iran

Les étudiants ont été, fin 2002, les fers de lance de l’opposition à la condamnation à mort de Hachem Aghajari pour apostasie. Devant l’ampleur de la crise, le Guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, avait ordonné la révision du verdict.

Manifestation de soutien à Hachem Aghajari, en novembre 2002

Hachem Aghajari, professeur à l’Université de Téhéran, a été condamné une première fois en 2002 à la peine capitale pour apostasie. Pour le juge, il a remis en cause les fondements de la religion et de la République islamique en plaidant en public en faveur d’une sorte de protestantisme de l’islam et en affirmant que les musulmans n’étaient pas des "singes" pour "suivre aveuglément un chef religieux". La condamnation a été cassée par la Cour suprême, mais le dossier a été renvoyé devant le même magistrat. Ce dernier vient de maintenir sa décision, notifiée, dimanche 9 mai 2004, à l’avocat du dissident.

Agence France Presse

Hachem Aghajari

Si vous souhaitez soutenir l’activité du site web interet-general.info, vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Banque cantonale de Genève No Z 3267.34.01 Clearing bancaire (CB) : 788 IBAN CH48 0078 8001 Z326 7340 1

Compte de chèque postal : 12-1-2

Veuillez libeller les chèques au nom de : interet-general.info

Accueil

éditeur : Frank Brunner | ouverture : 11 novembre 2000 | reproduction autorisée en citant la source